Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Fév 2019 | International, Observatoire
 

Le statut du cannabis, jusqu’ici classé à l’échelon le plus élevé de nocivité des traités internationaux, pourrait bien être révisé, comme le recommande l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 

Depuis cinquante-huit ans, la marijuana (ou cannabis) est classée en Catégorie IV, la plus restrictive.

Mais en 2016, pour la première fois depuis la Convention Unique sur les Stupéfiants de 1961, signée par l’ensemble des pays, l’OMS avait lancé un processus de révision du statut du cannabis, réunissant, pour se faire, son comité d’experts sur la dépendance aux drogues.

•• Dans le détail, l’OMS recommande que la plante et sa résine,selon leur teneur en tétrahydrocannabinol (THC), soient désormais placées dans la catégorie la moins dangereuse (Catégorie I).

Les extraits et les teintures de cannabis, actuellement dans l’échelon I, seraient quant à eux considérés comme des préparations pharmaceutiques contenant du THC, et passeraient dans la Catégorie III.

Concernant les molécules présentes dans le cannabis, ou dérivées de cette plante, l’Organisation conseille de modifier les échelons du Dronabinol (un médicament à base de cannabinoïdes synthétiques) et du THC, afin de faciliter leur usage médical.

•• Ces recommandations doivent au préalable être approuvées par les 53 pays membres de la Commission des Stupéfiants, qui devraient se réunir en mars 2019.

Si le cannabis était effectivement reclassé par l’OMS, cette modification pourrait donner un coup d’accélérateur à différents projets concernant son usage : tant sur le plan thérapeutique (voir Lmdt des 29 décembre 2018) que récréatif (voir Lmdt du 22 juillet 2018).