Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Oct 2020 | Observatoire
 

Le think-tank Terra Nova remonte au créneau sur la légalisation du cannabis (voir 4 octobre 2016 et 19 décembre 2014).

Un rapport, publié ce vendredi 9 octobre, estime que la police est de plus en plus dans l’incapacité de faire respecter la loi et pense à une légalisation du cannabis pour enrayer le trafic.

Dans ce document intitulé « Cannabis : pour une autre stratégie policière et pénale » et révélé par Le Figaro, Terra Nova assure que la légalisation du cannabis permettrait ainsi aux policiers de « dégager du temps aux services judiciaires et policiers pour les dossiers les plus importants, tout en poursuivant des objectifs en termes de santé publique (suivi des personnes souffrant d’addictions, contrôle de la qualité des produits …) ».

•• L’étude met en avant plusieurs témoignages de représentants des forces de l’ordre, notamment celui d’un commissaire de police d’un service de lutte contre les stupéfiants : « quand je fais un go fast sur l’autoroute, ça n’a aucun impact sur le quotidien des gens. C’est un fournisseur, les petits revendeurs vont se fournir ailleurs. Ça sert à quoi ? Je me pose la question, dans un pays où on criminalise l’offre et on dépénalise quasiment la demande, je ne vois pas où ça nous mène. (…) On criminalise la moitié du système, on regarde ailleurs pour l’autre moitié ».

•• Pour un autre agent rattaché à la brigade des stupéfiants d’une grande métropole française, il faudrait « changer l’approche, qui est dogmatique, caricaturale, politique ». « Chez les consommateurs et les revendeurs, il y a peu de gens foncièrement mauvais ou dangereux. Ce sont des gens qui sont tombés dans les trafics par opportunité, cela reflète la misère sociale. Peu de riches trafiquent. » poursuit-il.

•• Le rapport est sorti à la suite d’une tribune, publiée le 3 octobre dernier dans le JDD, dans laquelle près de 80 élus du parti Les Républicains s’étaient opposés à la légalisation du cannabis et soutenaient Gérald Darmanin sur ce sujet (voir 4 octobre).