Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Août 2020 | Observatoire
 

L’essor du cannabis « made in France » (répondant, là aussi, à l’engouement du circuit court …) est étudié de près par l’Observatoire français des Drogues et Toxicomanies (OFDT) qui voit cette tendance s’affirmer.

•• Depuis 2011 – selon le dispositif Trend (réseau d’observations régionales) de l’OFDT – de véritables « cannabis factories » se sont multipliées dans l’Hexagone : l’Outre-Mer, le Nord de la France, l’arrière-pays méditerranéen ou la Bretagne sont particulièrement concernés. Reportage de La Provence sur l’agro-business du cannabis.

Déjà, les volumes d’herbe saisis ont, de fait, explosé en France : de moins de 4 tonnes jusqu’en 2010, ils ont bondi à 30 tonnes en 2018. « Une multiplication par sept », insiste l’OFDT dans son rapport.

•• C’est que le business du cannabis a subi des « mutations considérables » ces dernières années : l’herbe rognant désormais des parts de marché sur la traditionnelle résine.

Chez les consommateurs, et notamment les plus âgés et mieux insérés socialement, cette demande pour un produit de « qualité », « plus naturel », voire « bio » est réelle.

 D’autres usagers ne veulent plus « contribuer à l’enrichissement de réseaux criminels »  et privilégient donc un approvisionnement « amical ».

7 % des fumeurs, soit environ 200 000 personnes, en France auraient ainsi sauté le pas et seraient aujourd’hui cannabiculteurs pour leur propre compte ou leurs proches.

•• Cultivée en plein champ ou indoor, la production française – « dominée par de petites cultures d’amateurs » indique l’OFDT – ne peut cependant pas répondre à la demande : la France restant la championne d’Europe de la fumette : avec 5 millions d’utilisateurs occasionnels et 700 000 quotidiens.

Alors si le cannabis français est « un vrai sujet » – comme le confirme une source policière – il n’en reste pas moins vrai que si, demain, ces cultures locales s’arrêtaient … cela ne changerait rien au marché, selon Le MéridionalL’approvisionnement, pour le Sud de la France, c’est toujours le Maroc et l’Espagne.

Et les saisies d’herbe, réalisées ces dernières années en France, ne le confirment que trop : les Pays-Bas et l’Espagne, et notamment la Catalogne, restent les leaders incontestés du marché hexagonal.