Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

La ville de Hampstead (7 000 habitants, dans l’ouest de l’ile de Montréal) a interdit, par vote du conseil municipal le lundi 19 mars, l’usage du tabac dans tous les lieux publics en incluant les parcs et les trottoirs.

Une interdiction qui s’appliquera aussi à la marijuana, après sa légalisation prochaine (voir Lmdt du 1er mars 2018 et 16 novembre 2017). La décision est entrée en vigueur la semaine suivant la décision.

•• L’usage du tabac va donc être interdit sur l’ensemble des propriétés municipales « incluant les parcs, les rues, les trottoirs, les édifices municipaux » ainsi que les « terrains adjacents » à ces édifices. La Ville a également indiqué que lorsque la marijuana deviendra légale, « en fumer sera aussi interdit dans les endroits publics ».

•• Si le texte met l’accent sur les méfaits du tabagisme passif, le maire a affirmé que la légalisation prochaine de la marijuana avait été déterminante dans la volonté d’agir de sa municipalité : « Lorsqu’il est question de la légalisation du pot, nous avons assurément des craintes de voir un plus grand nombre de jeunes fumer la marijuana. Alors, nous ne voulons pas que des gens donnent un mauvais exemple ; nous ne voulons pas que des groupes d’adolescents ou de jeunes adultes aillent fumer des joints dans nos parcs ou sur nos trottoirs.

•• « Oui, nous sommes peut-être la première ville au Canada à interdire de fumer sur les trottoirs et les rues, mais vraiment … dans une petite municipalité comme Hampstead où il n’y a pas de commerces, pas de bureaux, qu’est-ce que cela signifie véritablement ?

Si quelqu’un veut fumer une cigarette, il peut la fumer sur sa propre propriété. Si un employé dans l’un de nos édifices municipaux veut fumer, il peut marcher un coin de rue et il n’est plus dans Hampstead », a encore argué le maire.

•• En cas de première infraction, l’amende variera de 155 à 465 euros, de 310 à 930 euros en cas de récidive.