Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Jan 2017 | Profession
 

À l’occasion de la parution d’une étude du Credoc sur la santé – contrastée d’une région à l’autre – du secteur des cafés (voir Lmdt du 20 janvier), Le Parisien / Aujourd’hui en France du 19 janvier s’est tourné vers une économiste spécialisée dans la consommation, Pascale Hebel, pour une analyse un peu plus qualitative (extraits).

• Quelles sont les recettes des établissements qui marchent ?

Pascale Hebel : « Les modes de vie évoluent. Si l’on continue à consommer de l’alcool au repas, boire seul est désormais très dévalorisé. À force de campagnes contre l’alcoolisme, comme d’ailleurs l’interdiction de fumer dans les lieux publics, le débit de boissons simple ne séduit plus (…)

« Du coup, les lieux qui fonctionnent sont ceux qui pratiquent la « cross-consommation », autrement dit quand le café fait plus que du café. Par exemple, un bar qui fait microbrasserie et qui produit lui-même sa bière ; un « BAM », bar à ambiance musicale, en milieu rural …

« Le café multiservice reste le graal, type café-épicerie, café-dépôt de pain, ou un bistrot qui se transforme en salle de concerts dans une région où il en manque ».

• À l’ère des réseaux sociaux, les bars servent-ils encore de lieux de rencontre ?

• « Absolument, ils continuent à répondre à un vrai besoin. Besoin de convivialité et de lien social notamment pour les personnes âgées et très isolées. Dans certains villages, après la disparition de commerces, voire de la poste, le bar est le dernier lieu public. Il devient crucial.

« Certains maires rachètent même les locaux pour les mettre gracieusement à disposition d’un patron prêt à ouvrir ou à reprendre un bistrot (voir Lmdt du 5 janvier). Ce n’est pas absurde, le bar est à certains égards un service public comme un autre ».

Par ailleurs, précisons que jusqu’au 31 mars, les créateurs ou repreneurs de bars peuvent s’inscrire à la 4ème édition du prix « des Cafés pour nos régions », lancé par France Boissons (voir Lmdt du 13 janvier).

Cinq lauréats recevront chacun 10 000 euros.

Inscriptions : www.descafespournosregions.fr