Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Mai 2021 | Trafic
 

Un contrebandier de 23 ans a fait l’objet, ce vendredi 21 mai, d’une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Caen, pour cause de trafic de tabac et de cannabis. Trois jours avant, la police avait saisi 278 kilos de tabac dans un box à Mondeville, dans la banlieue de Caen. 

On retrouve dans cette affaire un mode opérationnel très similaire à un précédent démantèlement de trafic qui a eu lieu, il y a moins de deux mois, dans le même secteur. Avec 4 personnes impliquées (voir 28 mars). Mais revenons à notre affaire qui a débuté, elle, début mai sur la foi de renseignements : un trafic de tabac se tiendrait devant un pavillon de Fleury-sur-Orne, toujours dans la banlieue de Caen.

•• Au fil des surveillances et des investigations, les policiers ont acquis la conviction qu’un véritable réseau était opérationnel dans l’agglomération de Caen. Grossiste, logisticiens, revendeurs : l’organisation paraissait bien huilée.

Les policiers ont notamment suivi la camionnette conduite par le suspect, siglée pour la vente de fruits et légumes bio. Il se rendait régulièrement dans un box situé à Mondeville (comme dans la première affaire). Ce mardi 18 mai, c’est devant ce même box que le suspect et deux de ses principaux revendeurs ont été surpris en flagrant délit lors d’une transaction et interpellés sur-le-champ.

Dans un véhicule, les policiers ont découvert de nombreux pots de tabac ainsi que 400 euros en liquide. Et dans le box lui-même, ils mettront la main sur 861 pots de tabac et 12 cartons contenant chacun 50 cartouches de cigarettes. Tout indique que le tabac aurait été acheté au Luxembourg (toujours comme dans la première affaire). Au total, les policiers saisiront 278 kilos de tabac.

•• À l’audience, le prévenu s’est présenté comme une « nourrice », uniquement chargée d’entreposer la marchandise pour le compte d’une « personne au-dessus », qui lui versait 2 000 euros par mois pour ce service. Mais il a reconnu également vendre, et même parfois livrer, notamment à Lisieux, pour « se faire un petit bénéfice : 1,50 euro par pot ». Il explique aussi avoir fait « de la publicité » sur les réseaux sociaux.

Verdict : 12 mois de prison ferme, ainsi que 6 mois de révocation d’un sursis antérieur, avec maintien en détention ainsi qu’une amende de 2 500 euros. Le prévenu avait déjà été condamné pour des faits similaires en février 2020. Trois complices seront présentés à la justice en septembre prochain.