Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Sep 2020 | Observatoire
 

Carrefour a fermé mi-juillet son service bancaire C-zam en dirigeant les détenteurs de carte vers le compte Nickel des buralistes (voir 13 et 15 mai).

Mais en bloquant les comptes courants, de nombreux clients de Carrefour Banque ont des inquiétudes pour leurs liquidités. Coup de gueule dans Le Parisien du 28 août.

•• Un retraité de 65 ans a été un peu « négligent en s’y prenant le dernier jour pour retirer les 230 euros qui restaient ». Depuis, il bataille pour obtenir son solde. Et il ne serait pas le seul à en croire le compte Facebook « Marre de compte C-zam » qui compte plus de 600 personnes.

Groupement créé en 2017 qui recueille les nombreux incidents : virements de prestations familiales perçus avec du retard, cartes bloqués, paiements refusés malgré un solde créditeur …

•• « On compte en France une vingtaine de néo-banques et de services bancaires » remarque Angelo Caci, directeur général de Syrtlas-Cards, cabinet de conseil en monétique. « Aucun acteur – exception faite du compte Nickel – ne gagne de l’argent. Or, tous requièrent d’importants fonds pour fonctionner, ce qui soulève la question du modèle économique … »

•• Pour Carrefour, la page est déjà tournée : « nous avons choisi de nous recentrer sur notre raison d’être : accompagner nos clients dans leur consommation au quotidien et nous concentrer sur notre carte de fidélité et ses avantages clients » explique Frédéric Collardeau, directeur général de Carrefour Banque. Quant aux clients C-zam au compte créditeur, « tous seront intégralement remboursés par chèque dans les prochains jours » promet-il dans l’article.