Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Mar 2016 | Profession
 

ArnaqueLe phénomène actuel d’escroquerie à la carte prépayée rechargeable n’épargne aucun département (voir Lmdt des 3 et 19 mars). Et le mode opérationnel pour permettre aux malfaiteurs d’obtenir les codes confidentiels de ces cartes précréditées fait appel aux mêmes leurres.

• À Lorient, ce sont des femmes d’un certain âge – dont les prénoms ont été repérés dans l’annuaire –  qui, sur recommandation « d’un policier » leur affirmant au téléphone que leur propre carte bancaire était piratée, sont allées se procurer ces cartes (PCS Mastercard) chez des buralistes. Pour en révéler ensuite innocemment les codes confidentiels au bonimenteur. Le 23 mars, le vrai commissariat de Lorient avait enregistré quatre plaintes dont celle d’une dame de 83 ans. Montant total des sommes soutirées : 5 000 euros.

• À Albertville, strictement avec la même méthode, une autre dame s’est retrouvée délestée de 2 000 euros, le mardi 22 mars.
Et, quelques jours auparavant dans le même département de Savoie, à Saint-Pierre-d’Albigny, c’est un buraliste qui s’est retrouvé floué de 2 000 euros après avoir suivi les « conseils au téléphone d’un adjudant et d’un technicien informatique de gendarmerie ».