Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Juil 2018 | Profession
 

« Je me réjouis de la signature de cette convention. Nous sommes des préposés de l’administration et nous avons besoin du soutien de l’État », a tenu à souligner Pascal Brie, président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube, lors de la signature d’une convention sécurité départementale avec la préfecture, ce jeudi 12 juillet. 

Ce partenariat vise à renforcer la sécurité des 144 buralistes du département. Des commerçants particulièrement exposés aux cambriolages et tentatives (voir Lmdt des 7 et 5 avril 2018 et du 11 novembre 2017).

•• Selon le préfet, cette convention s’inscrit dans un contexte de réforme des forces de l’ordre : « une police de sécurité du quotidien sur mesure avec une culture du contact de terrain. Une police à l’écoute des commerçants », souligne Thierry Mosimann. Le texte insiste sur l’importance de la prévention « pour dissuader tout acte malveillant ».

Les signataires insistent sur le rôle de conseils du « référent sûreté » de la police et de la gendarmerie. Ou encore sur l’importance du dispositif « Alerte SMS » mis en place par la Chambre de Commerce et d’Industrie, en lien avec les forces de l’ordre (78 buralistes sont inscrits à cet outil).

•• On rappellera que les buralistes peuvent être accompagnés dans leurs démarches pour l’installation de vidéosurveillance ou autres équipements. L’an dernier, trente dossiers « d’aide à la sécurité », gérés par la Douane, ont été montés dans l’Aube, pour un montant total de 82 269 euros.

« Dès septembre nous allons organiser une réunion spécifique sécurité pour nos adhérents », a annoncé enfin Pascal Brie.

(Voir aussi Lmdt des 7 juin 2018, 7 juillet 2017, 21 juin 2016 et 27 septembre et 6 janvier 2015).