Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Déc 2018 | Profession
 

Depuis un mois, les commerçants affichant « Collisimo », « Mondial Relay » ou « Point Relais » sont débordés, boostés par l’approche de Noël et par les conséquences du mouvement des gilets jaunes (voir Lmdt du 15 décembre). France Bleu Gironde a pris pied dans un tabac-presse du centre-ville de Bordeaux. Extraits du reportage.

Entre deux tickets à gratter ou paquet de cigarette, Isabelle s’occupe de sa montagne de colis en stock. Depuis quelques semaines, elle n’a plus de place dans sa remise. Les colis, petits et grands, s’accumulent et s’empilent, parfois jusqu’à la taille. Plusieurs fois par jour, selon les enseignes des distributeurs, des livreurs ouvrent la porte de sa boutique et y déposent des colis. Isabelle en réceptionne entre 50 et 150 quotidiennement.

•• Des clients qui viennent pour chercher un colis à Noël, la buraliste en a beaucoup plus cette année que d’habitude. Selon elle, cela s’explique par l’augmentation constante de l’e-commerce, mais aussi aux événements sociaux récents.

« Avec les gilets jaunes, les chiffres ont explosé. Les blocages et barrages près des centres commerciaux font fuir certains clients qui préfèrent se tourner vers Internet. Mais voilà, la semaine passée à cause du mouvement social, les colis ont eux-mêmes été bloqués … » explique Isabelle, « … des gens étaient agacés, mais il n’y a eu aucun incident majeur ».

•• D’autant que cette clientèle ne fait pas que signer et récupérer les colis. « Ça amène un plus, des clients qui vont acheter du tabac ou de la presse » note Isabelle qui estime aussi jouer un autre rôle que celui de buraliste depuis un mois : « j’ai l’impression de jouer la mère Noël en ce moment » rigole-t-elle.