Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mai 2021 | Profession
 

À Quillan (3 300 habitants, au sud de l’Aude dans l’arrondissement de Limoux), Amazon cherche à installer des casiers automatiques dans la gare … aujourd’hui inutilisée. Un projet qui inquiète les habitants et leur maire.

Actuellement, chacun vient chercher ses colis chez quatre commerçants. Parmi eux, le tabac-presse du centre dont les clients ne s’imaginent pas aller ailleurs.

« Ça enlève au centre-ville une certaine convivialité. Moi j’ai l’habitude de venir chercher mes colis dans ce tabac presse, je connais les filles. Si demain je dois aller les chercher dans un dépôt automatique, j’arrêterai de commander Amazon. Il faut qu’on reste un peu humain, on est en train de tout nous enlever ! » s’insurge une habitante dans un reportage de France 3 Occitanie.

•• Pour la buraliste, les colis ne représentent pas un gros chiffre d’affaires, c’est plutôt un service pour leur clientèle. Et ce service attire du monde et génère des achats.

« Il n’y a pas que des gens de Quillan, il y a aussi des gens qui viennent de la montagne, qui descendent ici et qui font jusqu’à 30 kilomètres »explique-t-elle. « Ils viennent chercher leur colis et ça génère des achats d’impulsion, surtout chez nous tabac, où on a aussi des bonbons et beaucoup de choses comme de l’alimentation »

Alors, avec l’implantation de consignes automatiques, elle craint de voir s’effondrer un fragile équilibre construit depuis 30 ans : « si on commence à perdre sur Amazon, on va perdre sur autre chose et les achats d’impulsion ne se feront plus et on touchera moins de population ».

•• L’annonce a fait bondir le maire : « en vivant dans la ruralité, je ne suis pas pour Amazon parce que ça détruit le commerce et les quelques commerçants qu’il reste encore dans le pays. Mais en plus, faire des casiers Amazon à la gare alors que nous on veut la récupérer, là ce n’est pas possible ! Ils se servent de la gare pour un produit qui n’est même pas un service public ! ».

Un combat loin d’être isolé. D’autres communes rurales de France auraient engagé un bras de fer similaire comme, par exemple, celle de Saint-Vallier dans la Drôme, selon France 3.