Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Mar 2021 | Profession
 

Nouveau portrait dans L’Union d’Alain Sauvage, trésorier de la Confédération et patron du « Cubain » à Châlons-en Champagne (voir 14 janvier 2020, 1er janvier 2021). Son métier reste une véritable passion.

« Vous savez, nous aimons ce commerce. On est attachés à nos clients, aux habitués, aux fidèles » confie-t-il.

•• Lui et sa femme (banquiers tous les deux au début de leur carrière professionnelle ) ont commencé leur activité de débitants de tabac en 1986, avec un établissement à Saint-Memmie. Dès 1988, il s’est impliqué dans la défense professionnelle en devenant trésorier de la chambre syndicale des buralistes de la Marne.

Il en est élu président trois ans plus tard. Il a pris la présidence de la fédération des buralistes de l’Est en 2002 et parallèlement s’est engagé dans la Confédération nationale.

•• En un peu plus de 30 ans de syndicalisme, il a vu la profession évoluer. « On a su se diversifier quand il le fallait. C’est la clef de l’avenir. Nous n’avons pas trop à nous plaindre pour l’instant. Le fait de suppléer la Poste dans certains services, ou encore les impôts (avec le Point de Paiement de Proximité), c’est une bonne chose. »

Et d’ajouter : « nous demeurons un commerce de grande proximité, un lieu de rencontre. Les bureaux de tabac sont un lien incontestable entre les gens. »

•• Alain Sauvage avoue sans complexe qu’il a changé sa façon de consommer du tabac : « avant j’étais un fumeur au lit. Je me couchais avec la cigarette et j’en allumais une avant de me lever. » En 1981, il a décidé d’arrêter. Il tient 10 ans puis reprend.  Mais il a une approche totalement différente. Place au plaisir : « je ne fume plus que des cigares. C’est dans ma philosophie épicurienne. Je prends mon temps, je savoure. »

« Je pense que je vais créer un club à Châlons, quand on en aura fini avec le Covid pour échanger, partager nos découvertes … Franchement fumer un cigare devant une web cam, ce n’est pas imaginable » s’exclame celui qui a un faible prononcé pour les Cubains comme le Cohiba Behike, reprend le quotidien régional.