Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Août 2018 | Profession
 

Deux interventions médiatiques de Philippe Coy, hier, en direct.

•• Sur RTL, cela lui a valu un dialogue avec l’une de ses collègues Marielle, membre de la chambre syndicale de la Loire.

Philippe Coy : « Nous sommes des entrepreneurs responsables et nous intégrons les évolutions de la société dans laquelle nous vivons.

« Nous n’avons jamais combattu la politique de santé publique, en soi. Nous prenons acte des choix du Gouvernement, sur le paquet à 10 euros, approuvés par le Parlement l’automne dernier. Mais force est de constater que l’emploi prioritaire de l’outil fiscal génère des distorsions de prix du tabac avec l’extérieur. Ce qui fait qu’une partie des ventes est transférée sur le marché parallèle … ».

Marielle : « J’ai participé, avec des collègues, à toutes nos manifestations aux frontières … Ce que j’y ai vu m’a fait mal au cœur, mais on ne peut pas en vouloir à ces clients qui font ces voyages de tourisme fiscal.

« Ici, dans la Loire, en cette rentrée, je reçois des appels de collègues en difficultés. Nous divisons nos commandes tabac par deux, avec nos clients qui sont partis en vacances à l’étranger … »

Philippe Coy : « …Voilà l’ampleur du problème. Mais je tiens à saluer l’action du ministre Gérald Darmanin contre la contrebande. Aujourd’hui, la Douane est très active ; toutes les semaines, il y a des saisies. 1,1 tonne de tabac depuis le début de ce mois d’août (voir Lmdt du 19 août).

Marielle : « On est content que cela bouge, nous les buralistes. Le ministre est venu à notre congrès. Il faut continuer dans le même état d’esprit, car il y a quand même des buralistes qui souffrent énormément. C’est bien, ce que fait la Confédération. »

•• Sur Cnews, le président de la Confédération est revenu sur les projets de la profession : « ce métier a un avenir, avec 10 millions de clients dont 48 % qui ne viennent pas pour le tabac. Mais nous devons être à même de répondre aux attentes d’aujourd’hui et de demain. Pour cela, il faut aller au-delà d’une simple évolution des linéaires et des meubles. Nous avons un grand plan de transformation pour adapter ce métier, on se veut offensif et créatif …

« Nous avons des marges de progression dans le vapotage. On peut accompagner nos clients vers les produits à nocivité réduite … La réussite du Compte Nickel marque aussi cette évolution entrepreneuriale du réseau des buralistes (…) Des relais colis aux activités de conciergerie, en passant par un tas de produits et services du quotidien, notre formidable maillage territorial nous donne les moyens de nous transformer en drugstores de demain pour tous les Français. »