Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Fév 2021 | Profession
 

Ce mercredi 10 février, des représentants la Confédération (Philippe Coy et Sophie Lejeune) et de La Poste (dont Florence Pagaveau, directrice régionale) se sont rencontrés à Caen pour évoquer leur partenariat, suivis par Tendance Ouest (voir 11 février).

« Il existe un partenariat historique entre les buralistes et La Poste » a rappelé Philippe Coy, lors d’une visite chez une buraliste à Caen.

Depuis plusieurs années, une gamme élargie des services de La Poste sont disponibles dans près de 67 buralistes sur le territoire de l’ex-Basse-Normandie, dont 11 à Caen.

•• « Notre cœur de métier est la vente de tabac, mais nous avons toujours aussi vendu des timbres postaux. Or il est important de nous transformer et de nous adapter aux nouveaux enjeux économiques et surtout aux usages des consommateurs » poursuit Philippe Coy pour lequel cette transformation concerne autant la Poste que les buralistes.

À la suite de la fermeture du bureau de Poste dans ce quartier de Caen, la buraliste a débuté son activité de services postaux « élargis » il y a quatre ans : « des colis, des timbres, des lettres recommandées. Cela nous permet d’avoir une activité plus importante ».

•• « Depuis 15 ans, il y a un contrat de présence postale, qui lie l’État, La Poste et les collectivités, pour vérifier comment La Poste envisage de modifier son réseau et pour accompagner sa transformation », précise de son côté Xavier Charles, conseiller départemental qui participait aussi à la rencontre.

Toujours d’après Tendance Ouest, ce partenariat entre La Poste et les buralistes pose plusieurs avantages croisés: notamment le maintien d‘une présence de proximité de La Poste, une plage d’ouverture plus étendue, mais aussi un apport économique pour la buraliste. « Depuis que je propose des services postaux, je découvre de nouveaux clients qui n’étaient jamais venus. Ils viennent parfois de loin » confirme-t-elle