Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Juin 2020 | Profession
 

Significatif. Dans l’esprit du récent message adressé par la Confédération aux buralistes – sur les premiers enseignements des fortes ventes connues par les frontaliers pendant le confinement – des interrogations commencent à surgir au Parlement (voir 1er juin).

C’est un député des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Paul Mattei (MoDem), qui a ouvert le feu en posant une question au ministre de l’Action et des Comptes publics, dès hier soir, lors de l’audition de ce dernier par les commissions des Finances et des Affaires sociales de l’Assemblée nationale. L’essentiel du dialogue.

Jean-Paul Mattei : « Concernant l’effet de la fermeture des frontières sur les achats transfrontaliers, en particulier du tabac, à combien sont estimées les recettes supplémentaires ? »

Gérald Darmanin : « Je ne connais pas encore l’augmentation de la fiscalité du tabac due à la fermeture des frontières. C’est pour autant un sujet qui m’intéresse et j’entends moi aussi les buralistes. Sans doute, la fermeture des frontières a beaucoup contribué à cela.

« Il y a aussi le fait que le trafic par correspondance s’est arrêté, car celui-ci passe également par Internet et l’approvisionnement postal.

« Il y a également peut-être des gens qui ont davantage fumé par manque d’activité; on va bien regarder les études.

« Et sans doute que la fermeture des frontières a été, évidemment, un élément important. Mais nous n’avons pas encore évalué ses conséquences. »