Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Mar 2019 | Profession
 

Hier soir, peu avant minuit, les députés ont adopté, en seconde lecture, le volet « privatisation de la Française des Jeux » de la loi Pacte (voir Lmdt du 21 février). 

Et il s’avère que l’un des grands sujets de débat aura consisté dans les amendements du député LREM du Calvados, Christophe Blanchet, visant à imposer une forte amende pour toute vente de jeux de la FDJ à un mineur (voir Lmdt du 14 mars).

•• Après de vives discussions, tant avec le ministre Bruno Le Maire qu’avec la rapporteure (Marie Lebec, LREM) ou plusieurs de ses collègues LR et PS, le député a retiré tous ses amendements au dernier moment. Y compris celui portant sur une amende de 7 500 euros pour toute vente de jeux à un mineur, sur lequel il a beaucoup ferraillé.

•• Jusqu’au dernier moment, Philippe Coy est resté en contact avec les responsables des différents groupes parlementaires et le cabinet du ministre afin de revenir sur les termes d’un message adressé, la veille, aux parlementaires : la Confédération est favorable à la mise en place de sanctions pour les contrevenants mais proportionnées à la gravité des faits et clairement définies dans leur application. Et dans un contexte global de prévention associant les familles et entourages des mineurs. Sachant qu’un système de sanctions existe déjà, mis en place avec l’opérateur (bonus jeu responsable).

•• Bruno Le Maire a précisé clairement que le sujet des amendes ne pouvait être traité qu’en concertation avec les buralistes. Lesquels seront, par ailleurs, associés à la privatisation.

•• Plusieurs parlementaires ont tenu à rappeler le rôle de lien social et d’animation dans les territoires des buralistes. Non pour éluder la responsabilité de ces derniers. Mais, au contraire, pour la mettre en valeur.

À suivre.