Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mar 2019 | Profession
 

C’est en fin de matinée que devraient être examinés, à nouveau à l’Assemblée nationale, les amendements – très discutés – sur les privatisations d’Aéroports de Paris et de la FDJ (voir Lmdt du 21 février).

À cette occasion, le député LREM du Calvados, Christophe Blanchet (voir Lmdt du 7 mars) relance sa guérilla parlementaire visant à imposer une forte amende à tout détaillant vendant un jeu de la FDJ à un mineur.

Alors que le texte actuel n’indique pas de montant pour cette amende. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, ayant précisé – lors de la discussion en Commission, la semaine dernière – que celui-ci serait fixé ultérieurement après discussion avec les buralistes (voir Lmdt du 7 mars 1 et 2).

•• Mais Christophe Blanchet – ancien responsable de l’UMIH – n’en démord pas : il a redéposé une série d’amendements pour nourrir sa guérilla parlementaire. Avec plusieurs amendements-chocs : interdiction d’accès aux mineurs à tout point de vente où il y a des jeux ; toute une série d’amendes, de 7 500 à 15 000 euros, en cas de vente aux mineurs …

•• Le ministre et la présidence du groupe LREM sont contre ces amendements qui ne sont pas officiellement soutenus par l’opposition, non plus.

Par la voix de Philippe Coy, la Confédération – jamais consultée par le parlementaire du Calvados – a encore fait connaitre son opposition aux groupes parlementaires jusqu’à tard dans la soirée, hier.

Reste que les débats sur la privatisation sont actuellement très confus et toujours propices aux coups de poker de parlementaires en mal de reconnaissance. Et qui doivent considérer le sujet comme mineur, si l’on ose dire.