Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Avr 2018 | Profession
 

Depuis deux semaines, le centre Leclerc, en périphérie de Carhaix (Finistère), propose la vente de jeux à gratter et autres Loto dans son espace dédié à la presse.

Les points de vente de proximité du centre-ville grincent des dents, comme en témoigne Ouest France (édition 26 avril).

•• « Nous avons été mis devant le fait accompli. Nous l’avons appris par un commercial de la Française des jeux », grogne Christophe Biziou, propriétaire d’un bar-tabac. Une migration de clients vers l’hypermarché, où l’on achète des jeux en faisant ses courses, fait pâlir Nadine Riou, qui tient un bar-tabac dans la rue principale : « Pour nous, ça ne concerne pas que les jeux : souvent un client qui joue boit aussi un café ! » 

Pour Yann Guénégou, buraliste à l’entrée de la ville, le péril est réel. « Les ventes de jeux FDJ nous permettent d’obtenir des commissions qui font vivre nos emplois. Si elles baissent, ces emplois sont directement menacés ». Philippe Marie, gérant de la « Maison de la presse » ajoute que, « déjà, sur le dernier vendredi 13, j’ai vu une baisse ».

•• De son côté, la FDJ assure que le but n’est pas d’attirer la clientèle déjà existante des petits commerces. « Nous ciblons des personnes qui ne jouent pas encore » assure Stéphane Bidamant, directeur Bretagne-Ouest. S’il entend que la crainte des commerçants est « légitime », il indique que « dans les communes où des grandes surfaces ont déjà obtenu des points de ventes, les autres commerçants n’ont pas connu de baisse, ou seulement un peu, au départ ».

Mais ces points de vente se développent ces derniers temps : « Car d’autres disparaissent. Depuis janvier, nous en avons perdu onze en Finistère », constate-t-il.

•• Les buralistes carhaisiens sont très sceptiques et vont plus loin : « On parle beaucoup de revitalisation des centres-villes. Mais créer ce point de vente de grande surface, c’est encore accroître leur désertification », se désole Yann Guénégou.

Pour lui, le problème ne concerne pas seulement la commune : « Carhaix ne sera pas la seule ville impactée. Ce point de vente en périphérie concerne toute la zone de chalandise. Les commerces des petites communes aux alentours seront sans doute touchés également ».