Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Fév 2021 | Profession
 

Après l’annonce, ce matin, des résultats de la Française des Jeux (voir ce jour), revenons sur l’analyse des mises dans le contexte de crise sanitaire qui aura caractérisé cette année 2020, où l’activité aura été perturbée dès la mi-mars. Avec des chiffres précis.

•• Après l’important impact de la crise sanitaire sur les mises du premier semestre, en recul très précisément de -18,4 % (voir 6 août 2020), la reprise progressive observée pendant l’été s’est confirmée sur l’ensemble du second semestre, avec des mises globales en hausse de +2,8 % sur cette période.

Ainsi sur toute l’année, FDJ enregistre des mises de 15,9 milliards d’euros, en baisse de -6,8 % par rapport à 2019 (voir 13 février 2020).

•• Les mises en point de vente atteignent 14,4 milliards d’euros, en baisse de -10 % par rapport à 2019. Ce qui montre une résistance certaine, compte tenu des contraintes et fermetures imposées par les décisions sanitaires.

En fait, ces mises en point de vente ont été stables au second semestre (par rapport à l’année précédente ), après leur sévère recul de plus de -20 % au premier semestre. Hors Amigo, le recul annuel n’est plus que de -7 %, avec une hausse de +2 % au second semestre.

•• Les mises numérisées (mises en ligne + mises dématérialisées en point de vente) progressent de +12 % (3,8 milliards d’euros).

Mais alors que les mises dématérialisées des paris sportifs en point de vente ont atteint le même niveau qu’en 2019 ( à 2,3 milliards d’euros), les mises en ligne ont progressé de près de +40 % (à 1,5 milliard d’euros). Ces dernières étant portées par la forte croissance des mises digitales loterie (+60 %).

Ces mises numérisées représentent, au total, 24 % des mises totales pour 2020. Alors que la FDJ avait prévu un niveau de 20 %. L’effet Covid est passé par là.