Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Oct 2015 | Profession
 

Manifestation buralistes FermetureLe moins que l’on puisse dire est que la profession de buralistes est toujours sous pression.

Non pas la pression positive d’une évolution progressive vers plus de diversification dans le cadre d’un plan négocié avec l’État, procurant cette visibilité dont a besoin tout entepreneur qui investit sur ses biens. Mais la pression négative d’une succession d’annonces, souvent incohérentes, contribuant à mettre tout le monde sur les nerfs.

Et encore faut-il discerner, parmi ces annonces, leurs portées respectives et les vraies menaces :

•• De nouvelles hausses de fiscalité et de prix susceptibles d’aggraver l’importance du marché parallèle ?

Le gouvernement a fait savoir la semaine dernière qu’il n’en voulait pas, pour le moment (voir Lmdt du 22 octobre). Mais cela semble bien provisoire quand on écoute les propos exprimés au même moment par le président du groupe PS à l’assemblée, Bruno Le Roux : « il faudra des augmentations de prix massifs, elles viendront demain » (voir Lmdt du 23 octobre). Et la députée Michèle Delaunay (le paquet à 10 euros en trois ans) est toujours en embuscade.

•• Le paquet neutre ?

Soit la sur-transposition de la Directive tabac européenne par la France et donc la dévaluation prévisible de la valeur des points de vente d’un réseau, littéralement « lâché » par l’Etat (c’est du moins ce que vont ressentir l’opinion et l’environnement de la profession dès qu’ils verront les linéaires de paquets neutres).

Là, tout est programmé pour que la mesure soit adoptée en seconde lecture à l’Assemblée nationale, dés ce mois de novembre (voir Lmdt de ce jour).

À moins qu’une forte mobilisation des buralistes, le 2 novembre, ne vienne changer la donne (voir Lmdt de ce jour). En amenant nombre de députés socialistes à dire vraiment ce qu’ils pensent …

•• Des mesures d’accompagnement, voire de compensations ?

Les propos de Michel Sapin (voir Lmdt du 22 octobre), ou alors  le caractère de simples recommandations des conclusions  du rapport Barbier (voir Lmdt du 20 octobre), ne peuvent conduire qu’au scepticisme. Si ce n’est à la colère.