Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Août 2019 | Profession
 

Ouverture le dimanche, Compte Nickel, services numériques … les buralistes de la Haute-Vienne mettent toutes les chances de leur côté. C’est ce qu’explique, du moins, le Populaire du Centre (édition 19 août).

En centre-ville de Limoges, une dizaine d’établissements est ouvert le dimanche, parfois jusque dans la soirée. C’est le cas de « L’Orient », en activité jusqu’à 23 heures. Le but étant d’avoir le plus large panel de produits pour correspondre à une amplitude d’ouverture importante.

•• Côté clientèle, justement. « Nous constatons une hausse de la fréquentation » assure un employé grâce au « rayonnage plus large et par conséquent une offre plus variée ».

Le dimanche, « L’Orient » comptabilise de 1 200 à 1 300 clients. Il possède un double atout : une activité brasserie durant la semaine et un bar qui continue de tourner le week-end.

•• « Les modes de consommation ont changé. Désormais on a deux types de clientèle : ceux qui consomment du tabac et ceux qui utilisent la cigarette électronique » explique Nathalie Marsalaud, présidente du de la chambre syndicale des buralistes du département.

« La cigarette électronique est devenue un incontournable, et la consommation ne fait qu’augmenter » confirme le patron d’un tabac-presse à Nantiat (à une vingtaine de kilomètres au Nord de Limoges).

•• Buraliste à Saint-Yrieix-la-Perche (à 40 kilomètres de Limoges), Nathalie Marsalaud considère son activité comme un « véritable commerce de proximité. Dans certains villages, le bureau de tabac est parfois le seul commerce ouvert (…) Il doit rester un lieu de convivialité ». Il est aussi important pour elle de « trouver de nouvelles solutions et évoluer avec son temps ».

•• « Nous allons devenir multiservices et nous diversifier » poursuit-elle en faisant référence aux nouvelles offres (paiement de certains impôts et billets de train). Même si la Haute-Vienne ne fait pas partie des départements test, les buralistes locaux voient d’un bon œil ces nouveautés.

« C’est un plus pour les habitants de certains villages qui sont parfois obligés de parcourir des kilomètres avant de trouver une gare ouverte » explique Nathalie Marsalaud.

À Saint-Yrieix-la-Perche, elle a misé sur l’activité relais colis : « il est plus facile pour certains de se déplacer le dimanche matin, plutôt qu’en semaine, lorsqu’ils sont contraints par les horaires de travail ».

•• Concernant les modes de consommation, Nathalie Marsalaud relève notamment un bond d’activités « en début de mois quand la paye tombe. Les clients me demandent alors des paquets de 40 cigarettes ».

« Nous constatons que les descentes en Espagne sont de plus en plus fréquentes. Mais dès que le stock est vide, ils reviennent nous voir » ajoute, de son côté, le patron du tabac-presse de Nantiat.