Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Fév 2021 | Profession
 

« Nos clients, ils venaient acheter du papier, des feuilles, mais pas de tabac. Mais par contre, avec les confinements, comme par hasard, ils viennent nous acheter du tabac.

« Mais on n’a pas vendu plus de papiers et feuilles » illustre Fabienne Laisné (buraliste à Gouville-sur-Mer et la présidente de la Fédération des buralistes de la Manche) dans La Presse de la Manche sur le marché du tabac.

« De toute façon, on a des clients qui ne s’en cachent pas : ils vont deux ou trois fois par an en Belgique s’approvisionner au maximum de ce qu’ils ont le droit de passer ». Les différents confinements et couvre-feux ont bien fortement réduit ces ventes transfrontalières et à la sauvette.

Fabienne Laisné rappelle que l’État aurait reçu « deux milliards d’euros de plus de taxes concernant les ventes de tabac en 2020 par rapport à 2019 ! Cela signifie que ces recettes fiscales s’échappent d’habitude au profit des pays frontaliers ». Et d’ajouter : « ça a ouvert les yeux à nos politiques ».

Les buralistes « font beaucoup de choses. On récolte les impôts, on vend les timbres fiscaux, on fait relais poste avec une grande amplitude d’ouverture, etc. Bien souvent, nos commerces sont indispensables à la vie des bourgs ».