Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Fév 2021 | Profession
 

Selon Benoît Poursin, président de la Fédération de la Nièvre, « les ventes de tabac dans le département ont baissé de 2,7 % en volume par rapport à 2019 ». Mais le chiffre d’affaires a progressé de plus de 10 % grâce aux hausses de prix.

La barre psychologique des 10 euros le paquet, atteinte par des marques, a-t-elle donc freiné la consommation ?

Le confinement, « surtout le premier », a aussi sa part de responsabilité. « 10 % environ des cent trente-trois débitants de tabac du département ont fermé pendant cette période », ajoute Benoit Poursin dans Le Journal du Centre.

•• Mais les situations diffèrent.

« Nos ventes ont baissé de 3 % en volume mais notre chiffre d’affaires a augmenté de 7 % », relève une buraliste du centre-ville de Nevers, confirmant globalement la tendance départementale. Selon elle, la fermeture des frontières pendant le premier confinement, avec l’impossibilité d’acheter des cartouches à prix moins élevés en Belgique ou en Espagne, a atténué la chute des ventes.

À l’inverse, ce confinement du printemps a tiré vers le haut les achats de cigarettes d’un tabac-presse-jeux d’une galerie marchande des bords de Loire, toujours à Nevers : « + 20 % en volume ».

•• Benoît Poursin compte sur l’effet de la limitation des achats de tabac à l’étranger : « c’est une mesure que nous demandions. Nous nous réjouissons du travail mené par notre Confédération ».