Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Août 2020 | Profession
 

Buraliste agressé … couteau sous la gorge

• Aveyron. La tentative de vol à main armé a failli mal tourner, ce mardi 28 juillet en fin d’après-midi dans un tabac-presse du centre-ville de Saint-Affrique (30 kilomètres que sud de Millau).

Un individu, visage dissimulé et couteau en main, s’est précipité sur le buraliste, l’a pris par les épaules et a placé l’arme sous sa gorge … afin d’obtenir le contenu de sa caisse.

À cet instant, un client a franchi la porte et le malfaiteur, perturbé par cette visite, s’est enfui bredouille. Les gendarmes ont rapidement mis en place un dispositif d’interception pour retrouver le fugitif. Ce jeudi 30 juillet, ils ont pu l’interpeller dans le Tarn. Il a été écroué en attendant sa comparution devant le tribunal.

Buraliste frappé … par un client irascible 

• Marne. Un véritable déchaînement de violence.

C’est ce qu’a subi un buraliste à Épernay, ce mardi 28 juillet, après qu’un client alcoolisé ait complètement perdu ses nerfs après une demande de port de masque. Ce dernier s’est retrouvé au tribunal correctionnel de Châlons, jugé dans le cadre d’une comparution immédiate.

L’homme de 32 ans venait acheter ses cigarettes mais sans masque. Et il n’a pas apprécié la remarque du buraliste. Il a alors attendu ce dernier sur le palier de la porte, prenant le temps de laisser un billet de dix euros sur le comptoir. Les premiers coups sont donnés au moment où le buraliste lui rapporte ledit billet.

La victime vacille et tombe à terre. Les coups continuent de pleuvoir comme les enquêteurs ont pu le constater sur la caméra de vidéosurveillance. Hospitalisé depuis, le buraliste a été opéré pour une fracture de la cheville. C’est son épouse qui a alerté les forces de police, alors que le prévenu s’en prenait à un client qui tentait de venir en aide à son mari. L’arrivée de trois policiers n’a pourtant pas calmé le mis en cause, loin de là. Allant jusqu’à mordre deux agents au coude et à la main.

« Tout cela reste flou. J’avais bu deux pintes et quatre whiskies. C’était irresponsable. Quand on voit ce qu’il s’est passé, je ne peux que reconnaître que l’alcool est un problème » … a reconnu le client violent à la barre, avant de s’excuser.

Déjà connu de la justice pour trois condamnations, dont deux pour usage de stupéfiants en 2013 et 2018, il a été condamné à huit mois de prison avec sursis et à une obligation de soins pour traiter son rapport à l’alcool.