Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Juil 2020 | Profession
 

« Ils n’ont rien laissé »

• Eure. « Ça s’est passé en quelques minutes, vers 1 heure.  Ils ont tout cassé à l’intérieur. En plus, le rideau métallique venait d’être réparé » témoigne le buraliste d’Évreux dont l’établissement a été saccagé la nuit du 13 au 14 juillet (voir 15 juillet). 

« Certains portaient une cagoule, d’autres avaient la tête visible. Quelques-uns étaient équipés de bâtons et de barres de fer. Ils ont même fait tomber une borne PMU. Il faut y aller ! Ils ont pris les cigarettes, même les bonbons, ils n’ont rien laissé », poursuit le buraliste, qui a consulté les images de vidéosurveillance.

Des témoins disent avoir même observé quelques-uns des protagonistes revendre, à la sauvette, les paquets de tabac dérobés quelques instants plus tôt …

Il n’était pas là au moment où le bureau de tabac a été pillé : « c’est la société de télésurveillance qui m’a appelé, juste après avoir averti la police ».

Dégrisement en prison

• Isère. Profil bas, trois hommes d’une vingtaine d’années comparaissaient, ce mercredi 15 juillet, devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour le casse d’un buraliste àJarrie (voir 31 mai).

Tous ont dit regretter leurs actes dus à une soirée entre désœuvrement et vapeurs d’alcool. À court de cigarettes, ils avaient décidé subitement d’aller « casser le tabac ».

Le trio avait fait main basse sur un peu de tabac avant de prendre la fuite à pied en direction du square voisin. Mais un voisin ayant donné l’alerte, ils furent vite interpellés.

Tous déclarés coupables, l’un a été condamné à six mois de prison et les deux autres à six mois avec sursis.