Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Juil 2020 | Profession
 

Encore un buraliste blessé 

• Vosges. Un buraliste de Remiremont  (28 kilomètres d’Épinal) était descendu dans sa réserve chercher plusieurs cartouches de cigarettes demandées par un « client », ce mercredi 8 juillet dans l’après-midi.

Mais à son retour, il s’est trouvé face à un individu cagoulé et armé d’une batte métallique, tandis qu’un complice tentait de voler le contenu de la caisse. Voyant le buraliste se jeter sur lui, le malfaiteur armé l’a alors frappé à la tête.

Puis les deux agresseurs ont soudainement pris la fuite sans parvenir à voler le contenu de la caisse et avec, comme maigre butin, quelques paquets de cigarettes. Blessé au front, le buraliste a été conduit aux urgences de l’hôpital (2 jours d’Incapacité totale de Travail).

Revendre le tabac pour éponger une dette

• Eure. Confondus par des images de vidéosurveillance, deux jeunes malfaiteurs comparaissaient devant le tribunal correctionnel d’Évreux, jeudi 2 juillet,  pour deux tentatives de cambriolages de buralistes de la vallée de l’Eure, commis fin 2019. Un mineur avait également été identifié comme complice.

Dans la nuit du 13 novembre dernier, les gendarmes avaient été appelés à intervenir à Fontaine-sous-Jouy, où le bar-tabac-épicerie venait de faire l’objet d’une tentative de vol. Les malfaiteurs avaient fracassé le rideau de fer à la voiture-bélier. Un peu plus tard, des malfaiteurs avaient aussi essayé de cambrioler le bar-tabac de Chambray, en forçant le rideau de fer à l’aide d’une barre à mine.

À la barre du tribunal, l’un des prévenus, un habitant de Fontaine-sous-Jouy, assure avoir été entraîné dans cette piètre aventure : « j’étais fortement alcoolisé. La voiture était conduite par le mineur.  J’avais une dette de stups. On pensait voler du tabac et le revendre pour éponger ma dette. » Son complice est incarcéré dans le cadre d’une autre affaire. Son casier judiciaire comporte déjà quatre mentions.

Le Tribunal a prononcé pour l’un, puis pour l’autre, une peine de 18 mois de prison, dont 9 avec sursis, et de 24 mois, dont 6 avec sursis.