Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Juil 2020 | Profession
 

Haro sur les colis prêts à l’envoi

• Doubs. Un Renault Scénic est arrivé aux abords d’un débit de tabac à Besançon vers 4h10 ce mardi 7 juillet. Après une manœuvre, il a reculé violemment dans le rideau métallique qui s’est ouvert tout comme les montants de l’enseigne.

Quatre ou cinq hommes en sont sortis et se sont engouffrés dans le commerce, se dirigeant vers les colis déposés par des clients et prêts à l’envoi. Là, ils ont fait main basse sur ce stock avant de prendre la fuite. Une scène qui s’est déroulée en deux minutes, sous les sirènes de l’alarme. Étonnamment, ils n’ont touché ni aux cigarettes ni à la caisse. Étaient-ils renseignés ? Avaient-ils un « tuyau » ?

Coup double 

• Oise. Deux buralistes dans deux villages la même nuit lundi 6 et mardi 7 juillet, selon le même mode opératoire. L’un a eu lieu à Sérifontaine (à 30 kilomètres à l’est de Beauvais), où des malfaiteurs ont volé d’importantes quantités de cigarettes.

À une heure relativement proche, un autre à La Houssoye, à environ 15 kilomètres, a également été cambriolé, pour le même butin.

Tentative cette fois

• Marne. Dix jours après un cambriolage, une buraliste multi-services à Gaye (voir 1er juillet) a subi une nouvelle tentative … ce dimanche 5 juillet vers 2 heures du matin.

Il semblerait qu’après avoir tenté en vain de forcer l’ouverture d’une porte située à l’arrière du bâtiment, les malfaiteurs soient entrés dans l’établissement en forçant la porte de la cuisine. À l’intérieur, tout a été fouillé, retourné et saccagé, mais rien ne semble avoir été dérobé. L’alarme qui s’est déclenchée a dû faire fuir les voleurs.

De la détention provisoire à la prison ferme

• Saône-et-Loire. Interpellé et mis en détention au lendemain du braquage d’un tabac-presse au Creusot (voir 27 mai), ce suspect a été condamné à une peine de 24 mois de prison dont 10 mois sont assortis d’un sursis probatoire de 2 ans. Avec obligations de soins, de se former ou de travailler pour indemniser …

Il s’est justifié en expliquant avoir un besoin d’urgent d’argent pour rembourser un emprunt. Le Parquet a mis en avant la brutalité du braquage.