Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Juil 2020 | Profession
 

Casse bélier raté

• Aisne. C’est un bruit de fracas qui a réveillé en sursaut un couple de buralistes à Liesse-Notre-Dame à 1h15 ce mercredi 1er juillet. En sortant de leur chambre, au-dessus de l’établissement, ils ont vu qu’une voiture avait reculé pour défoncer la porte d’entrée. 

Descendu tout de suite, le buraliste a juste aperçu une silhouette, prenant la fuite avec des complices en voiture.

Les cambrioleurs n’ont même pas eu le temps d’entrer, mais la manœuvre a fait des dégâts. Si le mur a tenu, la porte a explosé. Le temps de la réparer, les patrons ont bloqué l’entrée … avec leur propre voiture.

Une employée qui a coûté très, très cher 

• Loir-et-Cher. Le 27 mai dernier, le tribunal correctionnel de Blois examinait l’affaire de l’employée d’un tabac-presse blésois qui, pendant plus de deux ans, s’était servi dans la caisse, directement ou en enregistrant de faux retours d’articles, et avait dérobé des tickets à gratter ainsi que des cigarettes.

La représentante du Ministère public avait requis huit mois d’emprisonnement, assortis d’un sursis probatoire comportant une obligation d’indemniser les victimes. Or, c’était bien là que réside le nœud de l’affaire : si la vendeuse indélicate  reconnaissait ses torts, la jeune femme de 27 ans contestait le montant du préjudice, estimé a minima à … 70 000 euros en numéraire. Ainsi, les avocats des deux parties s’étaient livrés à une véritable bataille de chiffres.

Le buraliste avait produit des documents comptables faisant état de … 170 000 euros de pertes sur le tabac et de 26 000 euros sur les jeux à gratter, sans compter les 75 000 euros en numéraire qui, eux, n’avait pas été contestés lors de l’audition.

Le Tribunal a rendu sa décision le 24 juin. La jeune femme a été condamnée à huit mois de prison assortis d’un sursis probatoire de trois ans comportant une obligation d’indemniser les victimes, à hauteur de 70 000 euros au titre du préjudice matériel et de 1 000 euros pour le préjudice moral de chacun des gérants.

Une dispute amoureuse fait tout capoter 

• Var. Deux jeunes malfaiteurs avaient fait tomber une réplique de Beretta en fuyant après le braquage d’un buraliste, à Cogolin (voir 10 novembre 2019). L’ADN isolé était inconnu du fichier et l’enquête en était restée là …avant de rebondir le 18 juin dernier, conduisant à l’arrestation des deux jeunes, pas du tout connus pour des faits de délinquance, et insérés dans la vie active, travaillant tous deux dans la restauration.

C’est à la suite d’une dispute que l’amie du porteur d’arme est allée faire aux gendarmes le récit que lui avait relaté son compagnon après les faits. En comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Draguignan ce 25 juin, ils ont été condamnés à quatre ans de prison, dont un avec sursis probatoire;  et placés sous mandat de dépôt.