Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Mai 2020 | Profession
 

Détonations dans la nuit

• Isère. Le mari d’une buraliste, installée à Montrevel (à 20 kilomètres de Bourgoin-Jallieu), est en garde à vue, pour tentative d’homicide, depuis la mi-journée du mardi 26 mai. Il est soupçonné d’avoir ouvert le feu la nuit même pour mettre en fuite un trio de cambrioleurs.

Réveillé vers une heure du matin par les bruits de l’effraction dans le bar-tabac, l’époux de la commerçante s’est précipité à la fenêtre, d’où il a vu trois individus qui tentaient de pénétrer dans le bar-tabac. Comprenant qu’ils étaient surpris dans leur action, ils ont pris la fuite.

Après être descendu, le mari de la commerçante a ouvert le feu avec son fusil. À trois reprises. S’engouffrant dans leur voiture, les trois malfaiteurs ont disparu dans la nuit. Les gendarmes sont alors alertés. Et les premières constatations sont réalisées sur les lieux.

Une bonne heure plus tard, les gendarmes sont appelés par les urgences d’une clinique : un jeune homme de 21 ans blessé vient d’être déposé par ses amis, le dos criblé de plombs. La victime a brièvement expliqué avoir été blessé lors d’une altercation survenue à Saint-Vallier (Drôme). Ses amis ont raconté avoir secouru leur ami blessé sur une route d’Ardèche …

Tout au long de la nuit, puis de la journée, les gendarmes de différentes unités ont multiplié les investigations. Dans l’après-midi, le mari de la buraliste était placé en garde à vue et son arme saisie en vue d’une expertise balistique. Le jeune homme blessé, lui, ne devrait pas être entendu avant plusieurs jours, le temps que les chirurgiens parviennent à extraire les plombs.

Le Parquet de Bourgoin-Jallieu souligne « la nécessaire prudence à observer en l’état des investigations où les rapprochements sont seulement en cours ».

Le temps de la réflexion ? 

• Gard. Le 9 décembre 2018, une quinzaine d’individus, la plupart avec des gilets jaunes sur le dos, avait déboulé chez un buraliste du Mas de Mingue, une cité de Nîmes. Des hommes s’étaient dirigés vers une caisse cachée, d’autres vers la réserve qu’ ils avaient dévalisée. Une opération quasi militaire bouclée en quelques secondes.

Rapidement la piste des « Gilets jaunes » avait été abandonnée d’autant que le patron avait des soucis sur  un employé contre qui Il venait de porter plainte pour vol. Et après le visionnage des images de vidéosurveillance, le buraliste avait émis de forts soupçons concernant deux anciens employés. Lesquels étaient renvoyés ce lundi 25 mai devant le tribunal correctionnel de Nîmes.

Coup de théâtre à la barre : le commerçant nie avoir été aussi précis et déclare ne pas reconnaître les deux hommes. La juridiction a décidé de relaxer les deux prévenus … le dossier reste non élucidé.

Incendie involontaire ?

• Côtes-d’Armor. Ce mercredi 20 mai vers 20 h 15, un incendie se déclarait dans un garage automobile et un bar-tabac-épicerie contigu, à Trémeur (23 kilomètres de Dinan). Malgré l’intervention de 44 sapeurs-pompiers (dont un blessé), le commerce dont les murs appartiennent à la commune a été totalement ravagé par les flammes.

Les enquêteurs ont pu déterminer que l’origine criminelle ne faisait aucun doute, eu égard aux constatations et aux prélèvements effectués sur place. Toujours selon les gendarmes, une éducatrice locale s’est présentée le 23 mai, à la brigade de Broons, en compagnie d’un jeune homme de 14 ans.

Ce dernier aurait avoué être l’auteur de l’incendie, tout en expliquant qu’il n’aurait pas agi volontairement. Il s’en expliquera auprès du Parquet des mineurs.