Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Jan 2020 | Profession
 

Mineurs et cambrioleurs 

• Loire-Atlantique. Quatre jeunes malfaiteurs ont été interpellés, ce vendredi 17 janvier, dans la foulée du cambriolage d’un bar-tabac à Nantes.

Alertés vers 3h45, les policiers ont d’abord découvert les dégâts : rideau de fer fracturé, paquets de cigarettes, jeux à gratter et fonds de caisse volés et l’inondation de l’établissement par des robinets volontairement ouverts.

Filmés par les caméras de vidéo-surveillance de la ville en train de traîner trois conteneurs à poubelle, les quatre cambrioleurs sont repérés dans un appartement vide, occupé également par effraction.

Arrivée sur place, la Brigade anti-Criminalité a interpellé deux adolescents de 17 ans, de nationalité algérienne, en possession de jeux à gratter et d’un paquet de cigarettes. Au milieu de l’appartement un conteneur poubelle rempli … du butin du bar-tabac, dont 17 carnets de jeux.

Un autre complice présumé, âgé de 16 ans et d’origine tunisienne, a été également rattrapé. Le majeur (19 ans) sera jugé en comparution immédiate le 20 janvier. Quant aux mineurs, ils ont écopé soit d’un rappel à la loi, soit à une convocation en mars devant le juge des enfants.

Par la fenêtre

• Saône-et-Loire. Dévalisé dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 janvier, le bar-tabac-presse de Mesvres (à 15 kilomètres d’Autun) a tout de même ré-ouvert ce vendredi 17 janvier.

La gendarmerie n’avait constaté aucune trace d’effraction, le lendemain matin. En fait, les malfaiteurs sont passés par la fenêtre pour faire main basse sur le stock de cigarettes et un fonds de caisse.

Enquête aboutie, un an après 

• Gard. Les buralistes du quartier du Mas de Mingue, à Nîmes, n’avaient rien pu faire lorsqu’ils avaient vu surgir plusieurs individus les visages dissimulés, fin 2018. En quelques secondes, des cigarettes, mais aussi des jeux, avaient été dérobés.

Depuis, une enquête de la Sûreté départementale de Nîmes était en cours et, cette semaine, plusieurs personnes ont été placées en garde à vue et interrogées. Deux jeunes hommes niant les faits ont finalement été renvoyés sur décision du parquet de Nîmes devant le tribunal correctionnel pour « vol en réunion ».