Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Jan 2020 | Profession
 

Mineur apprenti-braqueur 

• Aude. Un jeune malfaiteur a débarqué, ce lundi 13 janvier en fin de matinée, chez un buraliste de Narbonne, en possession d’une arme. Bien que menacé, l’employé derrière le comptoir ne s’est pas laissé faire, repérant une arme factice.

Le jeune braqueur a décidé prendre la fuite sans rien voler, en tirant une fois avec son pistolet à grenaille. Avisé dans la foulée, un groupe de sécurité de proximité a investi le quartier et rapidement mis la main sur celui qui s’était réfugié dans les étages d’un immeuble.

Il s’agit d’un mineur bien connu des services de police, interpellé récemment pour des faits d’outrage. Il a été placé en garde à vue.

Bon coup de filet 

• Aube. Il aura fallu 10 jours aux enquêteurs de la Sureté départementale, assistés de leurs collègues de la Brigade anti-Criminalité (BAC) pour remonter la trace des auteurs présumés de l’agression violente d’un buraliste dépouillé en pleine rue à Troyes (voir 4 janvier).

Suite aux investigations, 4 hommes appartenant à la communauté des gens du voyage ont été interpellés à leur domicile, ce lundi 13 janvier aux premières heures de la matinée.

Tous âgés d’une trentaine d’années, ils sont bien connus des services de police notamment pour vols.

Litige compliqué 

• Seine-Maritime. Une buraliste du Petit-Quevilly avait déposé une plainte, le 31 octobre 2018, contre un client qui lui avait présenté, cinq mois avant, un jeu à gratter qui était, selon lui, gagnant (1 000 euros).

D’après elle, sans consigne de la FDJ, elle avait payé le client sur son compte bancaire, en attendant un remboursement de la somme par l’opérateur. Après le refus de ce dernier, la gérante avait présenté l’affaire à la justice pour escroquerie.

Ce vendredi 10 janvier devant le tribunal de Rouen, le prévenu s’est défendu en mettant en avant un dysfonctionnement. Si le ministère public a estimé qu’il y avait « escroquerie préméditée », le tribunal a décidé de relaxer le prévenu.