Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Nov 2019 | Profession
 

Blessée par une cliente 

• Vaucluse. Depuis près de onze ans qu’il tient son tabac-presse à Avignon, ce couple de buralistes a connu des vols et des incivilités … mais pas une telle agressivité.

Ce mardi 5 novembre à la mi-journée, le ton monte entre la buraliste et une cliente – une habituée – qui prétexte un mauvais rendu de monnaie. Cette dernière se met à proférer des insultes. Le buraliste remonte du sous-sol et parvient, alors, à faire sortir la cliente irascible du magasin.

Mais la dispute, plutôt agitée, continue à l’extérieur où les présentoirs de journaux se retrouvent sur le sol. Jusqu’à l’arrivée des policiers. La buraliste s’est retrouvée blessée au visage.

Le mystère du chèque volé

• Indre. Tout commence le 16 novembre 2018, à la foire de Châtillon-sur-Indre. Comme tous les ans, une octogénaire invite une amie à venir fêter le Beaujolais nouveau. Sur place, les deux femmes se font embarquer, avec d’autres personnes, sous le barnum d’un vendeur ambulant où la foule se presse …

Quelques jours plus tard, en consultant son compte en banque sur Internet, l’amie constate qu’un chèque de 50 euros lui a été débité. Un chèque qu’elle ne se souvient pas avoir fait, mais qui est bien manquant à la fin de son carnet. En se rendant à sa banque, elle constate qu’il s’agit bien de l’un de ses chèques, mais aucunement de sa signature, ni de son écriture. Il a été débité par un buraliste de Châtillon.

Ce buraliste mène sa propre enquête : les 50 euros correspondent à l’achat de deux cartes prépayées. Après vision des images de sa caméra de vidéosurveillance, à la date du 21 novembre, … l’octogénaire est identifiée en train d’effectuer un achat et de déposer un chèque.

Tout cela s’est terminé au tribunal qui a finalement relaxé l’octogénaire suivant les points de doute soulevés par l’avocat : le charivari de la foire, l’analyse superficielle de l’écriture sur le chèque, l’achat improbable auquel il a servi, les images floues des caméras de vidéosurveillance, l’heure de ces images qui ne correspond pas à celle de l’opération … Donc, le mystère du chèque reste entier