Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Oct 2019 | Profession
 

Casse raté … à l’engin de chantier

• Hérault. Dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 octobre, un malfaiteur a volé un engin de chantier dans un garage tout proche, avant de foncer dans la devanture du tabac-presse de Saint-Geniès-de-Fontedit (à une quinzaine de kilomètres au nord de Béziers). 

La charge se révélant infructueuse, le cambrioleur s’est échappé sans demander son reste, laissant sur place le véhicule et les dégâts.

Arnaque attendue 

• Gard. Fin de matinée, ce dimanche 27 octobre dans un tabac-presse à Comps (à une vingtaine de kilomètres de Nîmes) : avoir attendu que la vendeuse soit seule à la caisse, un homme demande un téléphone prépayé et une cartouche de cigarettes. Il commence à s’emparer de ses achats et prétexte l’oubli de sa carte bleue dans son véhicule pour commencer à se diriger vers la sortie.

Le net refus de l’employée va déclencher un accès d’agressivité du « client ». Par crainte pour sa sécurité, la vendeuse a finalement laissé faire. Et ce qui était prévu s’est déroulé … le malfaiteur est parti avec son butin.

Buraliste dispensé de peine

• Jura. Il y a deux ans, un buraliste du quartier des Mesnils-Pasteur à Dole, excédé par la présence agressive d’un marginal et de sa compagne devant son commerce, avait « pété les plombs » et cédé lui aussi à la violence (voir Lmdt du 21 novembre 2017). Il avait aussi reçu, au moment de l’altercation, un coup de ciseaux, qui avait nécessité cinq points de suture au niveau du cou.

Les trois protagonistes comparaissaient, ce vendredi 18 octobre, devant la chambre détachée de Dole du Tribunal de grande Instance  (TGI) de Lons – le – Saunier pour violence avec usage ou menace d’une arme.

Le buraliste, seul présent à l’audience, a expliqué pourquoi la télésurveillance l’a montré en train de frapper à coups de pied cet homme, alors que celui-ci est à terre : « toute la journée, le couple était devant mon commerce, à taxer les clients. Une pétition avait même circulé. Ça durait depuis plus d’un mois. Moi, je ne suis pas là pour faire la police, mais je dois aussi défendre la clientèle ». La goutte d’eau qui a fait déborder le vase fut l’altercation entre son père et le marginal.

Reconnu coupable des faits de violence, le buraliste a été dispensé de peine. Les deux marginaux sont condamnés à quatre mois ferme et devront lui verser 1 500 euros au titre des dommages et intérêts.

Deux cambriolages en quatre mois 

• Ardennes. Juste au moment du changement d’heure, ce dimanche 28 octobre : trois malfaiteurs se sont introduits dans un bar-tabac-presse à Mouzon (à une trentaine de kilomètres de Charleville-Mézières).

L’établissement avait déjà été cambriolé il y a quatre mois et le stock de tabac s’était envolé (voir Lmdt du 22 juin). La première fois, ils étaient entrés par la porte principale et avait dérobé le stock de tabac. Cette fois, ils ont arraché le volet roulant et forcé la porte d’entrée pour repartir avec le fond de caisse.

Un déséquilibré 

• Haute-Savoie. L’individu s’est présenté dès l’ouverture d’un buraliste à à Bonneville (à une vingtaine de kilomètres d’Annemasse) ce jeudi 24 octobre pour acheter des cigarettes. Mais tout à coup, il a bousculé la buraliste et a dérobé de l’argent dans la caisse avant de s’enfuir.

L’homme est déjà bien connu des commerçants du centre-ville pour venir un jour et être tout à fait aimable … mais revenir dix minutes plus tard et faire n’importe quoi. Facilement identifié par la victime, il a été placé en garde à vue et sera jugé devant le tribunal de Bonneville, le 27 février prochain.