Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Oct 2019 | Profession
 

Très longue machette et casier lourd 

• Meuse. Un trentenaire était jugé en comparution immédiate, ce jeudi 24 octobre, pour avoir braqué, deux jours avant, une buraliste à Verdun, armé d’une machette longue de 40 centimètres.

Fébrile, il a obtenu le fonds de caisse. Plusieurs clients qui ont assisté à la scène ont alors réagi. L’un d’entre eux a même suivi le malfaiteur en voiture et, en direct, a informé les policiers de son itinéraire. Le malfaiteur est finalement interpellé quelques minutes plus tard …

Avec 24 condamnations au compteur, il a donc comparu en récidive. À la barre, le prévenu a benoîtement expliqué n’avoir pas eu d’autre choix que de braquer un commerce pour rembourser une dette d’argent. Jugement : trois ans de prison, dont un an avec sursis, avec obligation de soins, de travail et d’indemniser les parties civiles.

Bonne enquête policière 

• Yvelines. Du 11 septembre au 23 octobre, sept commerces – dont un bar-tabac (voir Lmdt du 17 septembre) – ont été braqués par le même groupe de malfaiteurs. Équipés de gants en plastique rose, ces braqueurs n’hésitaient pas à arroser leurs victimes … d’essence et à les menacer avec une arme ou un objet contondant.

En étudiant différentes bandes de vidéosurveillance, la police est parvenue à identifier un véhicule, utilisé à plusieurs reprises. L’implication du locataire identifié a été confirmée suite à la découverte de son ADN sur une bouteille d’essence qui avait servi lors du braquage du bar-tabac à Mantes-la-Jolie.

Ce mercredi 23 octobre, la voiture a été repérée aux Mureaux et intercepté au retour d’un vol à main armé à Maisons-Laffitte, dans un Carrefour City. Ses deux occupants, âgés de 27 et 28 ans, ont été interpellés.

Et de trois … dans le Roannais

• Loire. Ce mardi 22 octobre, vers 4 h 30, un bar-tabac à Riorges (limitrophe de Roanne) a été la cible d’un cambriolage. Gonds d’une porte métallique coupés à la pince, autre porte fracturée … le ou les malfaiteurs avaient la voie libre.

Mais l’alarme s’est déclenchée, entraînant l’intervention d’agents d’une société de sécurité. Réalisant qu’il leur restait peu de temps, le ou les auteurs sont repartis dare-dare avec des jeux et quelques cartouches de cigarettes.

Après Roanne et Charlieu (voir Lmdt des 3 octobre et 28 septembre) … la piste d’une même équipe de cambrioleurs se confirmerait.

Surprenante « seconde chance » 

• Saône-et-Loire. Divers témoignages ont vite mis les enquêteurs sur la piste d’un jeune malfaiteur qui n’était guère discret … il revendait le produit de ses cambriolages sur la place publique.

Entre le 1er octobre 2018 et le 1er janvier 2019, à Cluny et ses environs (à une vingtaine de kilomètres de Mâcon), le modus operandi s’est avéré le même. À Tramayes, en novembre, l’association sportive a été délestée de numéraire. Plusieurs cartouches de cigarettes ont disparu d’un bar-tabac à Bourgvilain en novembre, puis divers objets de valeur dans un restaurant à Saint-Point …

Arrêté en mars 2019, Le malfaiteur a immédiatement reconnu tous ces cambriolages. Devant le tribunal correctionnel de Mâcon, ce mercredi 23 octobre, il a réitéré ses aveux. En guise de « seconde chance », le prévenu de 20 ans, déjà condamné en septembre, a pris quatre mois de prison avec un sursis et plus de 10 000 euros de dommages et intérêts pour les victimes.

Dix mois ferme

• Mayenne. Ce mercredi 23 octobre, un malfaiteur de 25 ans (avec cinq condamnations au casier judiciaire) a répondu, en comparution immédiate, de divers cambriolages commis dans la commune de Renazé (à 45 kilomètres au sud de Laval) depuis février 2019.

Le prévenu s’était introduit sans effraction à la mairie et à l’école, puis, par effraction, au club de foot, chez le buraliste et un particulier. Au total un butin conséquent : disque dur, rétroprojecteur, deux tablettes numériques, mégaphone, appareil photo numérique et … du tabac. C’est la revente de matériels chez Happy Cash qui a permis aux enquêteurs de le confondre.

Le tribunal de Laval l’a condamné à un an de prison, dont six mois avec sursis. Auxquels s’ajoutent quatre mois au titre de la révocation du sursis. Il devra, en outre, dédommager ses victimes.