Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Oct 2019 | Profession
 

Nouveau raid nocturne (1)

• Seine-et-Marne. « On avait déjà subi la même chose cet été (voir Lmdt du 20 juillet).

« Ils avaient tout pris. Heureusement, cette fois-ci la police est arrivée tellement vite qu’ils n’ont pu prendre que quelques paquets de cigarettes » a expliqué Fabrice Chailloux, buraliste à Saint-Pierre-lès-Nemours et président de la chambre syndicale du département, dans les colonnes du Parisien .

Vers 4 h 35, ce vendredi 11 octobre, les malfaiteurs ont défoncé le rideau de fer du bar-tabac, brisé la porte vitrée avant d’aller se servir dans le linéaire derrière la caisse. Ils avaient amené des poubelles qu’ils ont commencé à remplir avant de les abandonner.

Outre le déclenchement de l’alarme, les malfrats ont été submergés de fumée. Les policiers sont arrivés dans la foulée. L’équipe a immédiatement pris la fuite, en emportant des paquets jetés rapidement dans des sacs-poubelles.

Garde à vue

• Tarn. L’individu armé a fait irruption dans un tabac-presse-épicerie à Saint-Alby (à 5 kilomètres de Mazamet) juste avant la fermeture. Malgré la menace, le buraliste a refusé de donner le contenu de la caisse. Déstabilisé, le malfaiteur s’est emparé seulement de quelques paquets de cigarettes avant de prendre la fuite à bord d’une voiture qui l’attendait devant et conduite par un complice.

Les gendarmes, très vite alertés par la victime, ont pu rapidement interpeller le braqueur présumé une heure plus tard sur Mazamet. Son complice présumé a, lui, été identifié et arrêté, hier, dans la journée. Les deux hommes sont toujours en garde à vue.

Nouveau raid nocturne (2)

• Essonne. Deux jours après le cambriolage à Etrechy (voir Lmdt du 10 octobre), c’est au tour d’un bar-tabac à Maisse (à une vingtaine de kilomètres d’Étampes) d’être victime de malfaiteurs, vers 5h du matin ce vendredi 11 octobre. Les individus en avaient bien sûr après le stock de tabac.

Réserve vidée

• Saône-et-Loire. L’alarme d’un bar-tabac-restaurant à Bey (à une quinzaine de kilomètres de Chalon-sur-Saône) s’est déclenchée peu avant 3 h du matin ce vendredi 4 octobre après que la porte arrière a été forcée à l’aide d’un pied-de-biche sur différents endroits. À l’arrivée du buraliste, les lieux étaient vides et la réserve de cartouches de cigarettes aussi.