Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Avr 2019 | Profession
 

Courageux buralistes nantais 

• Loire-Atlantique. Le premier braquage s’est déroulé à la fermeture d’un tabac-presse de Nantes, ce mardi 16 avril. Le second a eu lieu, une demi-heure plus tard, à Saint-Herblain (qui appartient à la métropole nantaise). Aucun lien n’est établi entre les deux affaires. 

À 19 heures, le buraliste nantais venait de ranger un panneau d’affichage quand un malfaiteur, habillé en noir et porteur d’un masque, a surgi couteau à la main.

Des coups sont échangés. L’agresseur, comprenant qu’il ne repartirait pas avec la caisse, a essayé, sans y parvenir, de saisir quelques paquets de cigarettes. Dans la bagarre, le buraliste a réussi à actionner une sirène d’alarme et à arracher le masque de son agresseur qui s’enfuit … juste avant de revenir à la charge, sans doute pour récupérer le masque, porteur d’indices.

C’est probablement à ce moment-là qu’il a utilisé son couteau. L’entaille de quelques centimètres a valu, au buraliste, quelques points de suture.

Le même jour, vers 19 h 30, deux malfaiteurs ont attendu que le buraliste d’un tabac-presse de Saint-Herblain soit sorti de son établissement pour l’agresser. Le patron s’est défendu en utilisant une bombe lacrymogène. Avec succès. Les voyous n’ont pas attendu leur reste.

Téméraire buraliste et client prudent 

• Doubs. Un seul client était présent chez un buraliste de Voujeaucourt (à 6 kilomètres de Montbéliard), ce mardi 16 avril vers 16h30, très concentré sur son jeu à gratter. La buraliste qui rangeait son linéaire et avait le dos tourné a entendu tout d’un coup « La caisse ». En se retournant, elle se retrouve face à un malfaiteur, vêtu de noir de la tête aux pieds, pointant un pistolet à billes.

Pas impressionnée, la commerçante l’a repoussé. Finalement, l’agresseur a perdu tout contrôle et a pris la fuite bredouille.

Le client est resté, quant à lui, concentré …sur son jeu. Quand la buraliste lui a crié « courez-lui après », il a répondu : « je ne peux pas, il court plus vite que moi ».