Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Avr 2019 | Profession
 

Douze mois ferme …

• Meuse. Deux jeunes hommes de 19 et 20 ans étaient jugés, ce mardi 2 avril, devant le tribunal de Bar-le-Duc pour un vol avec violence, commis le 28 janvier dernier, dans le tabac-presse de la gare.

L’un d’eux avait demandé six paquets de cigarettes que la vendeuse avait posé sur le comptoir. Il s’en était emparé mais était tombé dans sa fuite précipitée.

L’employée avait tenté de le rattraper. Son complice, resté faire le guet à l’extérieur, en avait profité pour rentrer dans le commerce, bousculant la vendeuse et se saisissant de plusieurs paquets de cigarettes derrière le comptoir.

Les deux voleurs avaient été repérés le lendemain grâce à la vidéosurveillance. Ils ont déjà eu affaire à la justice des mineurs et étaient SDF depuis plusieurs mois.

Le ministère public a demandé douze mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Le tribunal a suivi les réquisitions. L’employée du tabac presse, partie civile, a obtenu 300 euros de dommages et intérêts pour le préjudice subi.

Braqueurs aux assises

• Pyrénées-Orientales. Quatre jeunes hommes comparaissent devant la cour d’assises des Pyrénées-Orientales, à partir du jeudi 4 avril, pour répondre à divers degrés des chefs d’accusation de « vols aggravés », « tentatives de vols aggravés » et « extorsion aggravée » commis entre septembre et octobre 2016.

L’apogée … fut la nuit du 24 octobre 2016  Après avoir pénétré dans plusieurs habitations, entre 3 heures et 4 heures du matin – menaçant à chaque fois les habitants – à Ria-Sirach, puis à Eus, ils avaient débarqué vers 5h30, dans un tabac-presse, à Marquixanes, entre Prades et Perpignan.

Ils s’en étaient pris à la buraliste – et à un client – avant de s’emparer de paquets de tabac, de tickets de jeu et du contenu de la caisse. À l’extérieur, quelqu’un les attendait dans un véhicule pour accélérer la fuite.

Après des opérations de géolocalisation et l’exploitation de vidéos surveillance, les quatre avaient été interpellés deux jours plus tard.