Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Mar 2019 | Profession
 

Acquittement surprenant pour un braqueur ayant tiré sur un buraliste 

• Essonne. La cour d’assises de l’Essonne a prononcé, jeudi 28 février, l’acquittement du prévenu accusé d’avoir tiré sur un buraliste du Coudray-Montceaux, blessé à la tête au cours de l’attaque en novembre 2015 (voir Lmdt du 27 février).

Dans ses motivations, la cour a dénoncé des manquements dans l’enquête. Un élément avait permis l’interpellation en mars 2016 de l’accusé : de l’ADN avait été retrouvé sur le sac oublié sur place par le braqueur.

À cette époque, l’homme était hébergé à Corbeil-Essonnes dans la famille d’un ami rencontré en prison. Ce dernier a été soupçonné d’être le chauffeur de la voiture ayant servi à la fuite du braqueur. Et un long débat s’en est suivi sur le cheminement du sac entre les complices.

Pour l’avocat de la défense, le prévenu « a pu toucher à ce sac. Cet élément ne tient pas … L’enquête a été biaisée. Les gendarmes ont eu cet ADN sur le sac dès le départ. Ils ont bâti un scénario et par la suite ont tout fait pour que ça rentre dedans. »

Grâce à l’ADN, encore une fois

• Dordogne. Un mois après les faits, les gendarmes ont mis la main sur le braqueur présumé d’un bar-tabac de Saint-Sulpice-d’Excideuil (voir Lmdt du 30 janvier). Les cris de l’octogénaire avaient mis en fuite le malfaiteur, reparti les mains vides.

Mercredi 27 février, en fin de soirée, la gendarmerie a interpellé un malfaiteur de 29 ans et son frère, soupçonné de l’avoir aidé dans sa fuite, dans une maison du secteur d’Excideuil. C’est finalement grâce à une trace d’ADN retrouvée sur les lieux de la tentative de vol à main armée que le principal suspect a pu être identifié.

Les deux hommes, inconnus des services de gendarmerie, ont reconnu les faits. Le tribunal a prononcé une peine de 14 mois ferme en comparution immédiate ce vendredi 1er mars.

Voleur et joueur compulsif 

• Ille-et-Vilaine. Depuis un mois, l’inquiétude commençait à monter chez les buralistes de Rennes. Début février, un premier vol de jeux à gratter est constaté à Cesson-Sévigné. Puis un deuxième à Rennes.

Identifié, l’auteur est alors convoqué au commissariat, mardi 26 février. Mais au lieu de se présenter … il a décidé de poursuivre ses vols de jeux chez un troisième buraliste.

Interpellé le lendemain, ce voleur, âgé de 37 ans, a été placé en garde à vue puis laissé en liberté le soir même avec une convocation au tribunal correctionnel.