Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Fév 2019 | Profession
 

Un buraliste brûlé lors d’une agression  

• Loire-Atlantique. C’est juste avant la fermeture, qu’un buraliste de Nantes a vu débarquer deux individus au visage dissimulé ce mercredi 13 février. Sous les yeux de son épouse, de deux clients et de son employée.

Le premier malfaiteur est resté sur le pas de la porte, l’autre s’est avancé vers la buraliste, l’a aspergé de gaz lacrymogène et lui a cogné la tête sur un bac plastique.

Réaction immédiate de son mari qui a attrapé l’agresseur en le poussant vers la sortie. C’est alors qu’un arc électrique, conjugué au gaz, s’est enflammé sur sa tête, provenant de l’utilisation d’une arme « type shocker ». Pris de panique, les malfaiteurs ont pris la fuite illico.

Trop choqué pour ressentir la douleur, le buraliste s’est dépêché de faire sortir les clients suffoquant, de fermer le magasin et d’appeler la police. Au CHU, il a découvert qu’il avait le lobe de l’oreille brûlée au troisième degré et la nuque au second.

Gros coup de bélier à … la Mini Cooper

• Loire-Atlantique. L’alarme d’un buraliste de Carquefou a alerté les gendarmes vers une heure du matin, ce dimanche 10 février.

Les malfaiteurs avaient utilisé un véhicule bélier – une Mini Cooper – afin de faire céder le rideau métallique et la vitrine se trouvant sur le côté. Cette intrusion violente a entraîné l’arrachage d’un tuyau d’arrivée d’eau, causant ainsi une inondation dans la boutique. Mais grâce au déclenchement de l’alarme, aucun vol n’est constaté.

Une buraliste pas intimidée 

• Pas-de-Calais. Ils ont repris un bar-tabac-presse au Fort-Nieulay, à Calais, en septembre dernier. Ce vendredi 15 février à 8 heures, Steeve et Véronique ont vécu leur premier braquage.

Un malfaiteur a fait irruption en pointant son arme en direction du buraliste positionné derrière le comptoir. Il a d’abord pris l’argent de la caisse du PMU, puis s’est dirigé vers la seconde. Le malfaiteur n’avait, cependant, pas prêté attention à Véronique, qui est sortie de l’établissement en courant « pour appeler de l’aide ».

Le braqueur a alors réussi à la rattraper dans la rue et lui a intimé de rentrer. Refus catégorique : « qu’est-ce que tu vas me faire si je ne rentre pas ? Me tirer dessus ? Vas-y. » Tout en assurant qu’il reviendra finir le travail, le malfaiteur est parti en courant avec un butin d’une centaine d’euros.

À l’heure critique de la fermeture

• Territoire-de-Belfort. Les deux malfaiteurs ont attendu la fermeture d’un débit de tabac à Belfort, ce jeudi 14 février, alors que le buraliste était seul. Ils ont surgi, l’un d’eux menaçant avec une arme de poing afin d’obtenir le contenu de la caisse. Ils ont saisi 300 euros, puis se sont enfuis à bord d’un véhicule que conduisait un troisième homme.

Repérés par les caméras de vidéo-surveillance de la ville et poursuivis par les patrouilles, ils ont réussi à fausser compagnie à des agents de la Bac, avant d’abandonner la voiture. L’établissement avait déjà été la cible d’une tentative de vol à main armée, l’automne dernier (voir Lmdt du 10 septembre 2018).