Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Jan 2019 | Profession
 

Casse raté … mais bonjour les dégâts 

• Yonne. Quatre voitures mobilisées, au moins sept malfaiteurs impliqués dans l’opération, selon les premières constatations … le buraliste du centre commercial de Champs-sur-Yonne (prés d’Auxerre) a été la cible d’une attaque à la voiture-bélier, ce lundi 28 janvier vers 5 heures du matin.

S’ils ne sont pas parvenus à pénétrer dans la réserve à tabac, les dégâts matériels sont importants. La fermeture est prévue pour plusieurs jours

Selon les images de la vidéosurveillance, la tentative de cambriolage s’est déroulée très vite : une dizaine de minutes au total. Un des véhicules utilisés par les malfaiteurs, celui venu enfoncer la devanture du bureau de tabac, a été incendié sur le parking du centre commercial. Les malfaiteurs sont repartis au volant des trois autres voitures, prévues pour ramener le butin espéré.

Refoulé par une buraliste … octogénaire

• Dordogne. Visage dissimulé sous un collant et arme à la main, le malfaiteur s’était déjà introduit dans un bar-tabac de Saint-Sulpice-d’Excideuil – à une quarantaine de kilomètres de Nontron, en fin d’après-midi de ce dimanche 27 janvier – quand il a été surpris par la buraliste.

Mise en joue, l’octogénaire s’est mise à crier, ce qui a fait fuir le voleur, les mains vides.

Des jeux de grattage volés … et une histoire compliquée 

• Hérault. Un quinquagénaire de Montpellier a été interpellé, vendredi 25 janvier, alors qu’il tentait d’écouler des jeux de grattage volés.

Venu acheter des tickets à gratter chez un buraliste, il a fait semblant de vouloir payer avec une carte bancaire, dont il savait qu’elle ne fonctionnait pas. Le paiement en ligne n’ayant pas abouti, il n’a pas rendu les jeux qu’il venait de récupérer … mais d’autres tickets volés dans la nuit du 14 au 15 janvier dernier, par effraction, chez un autre buraliste.

Cette nuit-là, le ou les voleurs avaient emporté pour 8 000 euros de jeux à gratter. Dès que le vol a été constaté, la Française des Jeux avait, par conséquent, bloqué tous les tickets dérobés.

Vendredi dernier, le buraliste s’est donc aperçu que les jeux de grattage rendus par le « client » n’étaient pas ceux qu’il avait remis, mais faisaient partie du stock volé, et signalé, dix jours plus tôt.

L’escroc a alors été interpellé sur place, le buraliste ayant averti de suite la police.

En garde à vue, le quinquagénaire en question a assuré que ces jeux de grattage volés lui avaient été vendus par deux inconnus, des Albanais selon lui, croisés dans une rue de la ville et qu’il s’était aperçu qu’ils étaient signalés volés quand, entre le 15 et le 25 janvier, il s’était présenté auprès de sept buralistes pour encaisser l’argent des tickets gagnants. À chacun des refus des buralistes, il s’éclipsait rapidement.

Lors de la perquisition à son domicile, les policiers ont saisi 500 jeux à gratter provenant du cambriolage et deux ordinateurs signalés volés en 2013 et 2018.