Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Jan 2019 | Profession
 

Un couteau, du sang …

• Pyrénées-Orientales. Au deuxième jour du procès de Delphine Raignault, jugée pour tentative de meurtre sur une buraliste de Perpignan (voir Lmdt du 22 janvier), les victimes sont venues témoigner à la barre.

Les larmes coulent sur les joues de Sandrine. Trois ans qu’elle n’a jamais pu retourner dans son tabac-presse. Infirmière libérale pendant 23 ans, elle avait décidé de se reconvertir, avait vendu sa maison, pris un emprunt et avec une collègue avait acheté cette enseigne. Son fils, qui venait de fêter ses 18 ans, travaillait à ses côtés depuis 15 jours en job d’été.

Ce 24 juillet 2015, elle rangeait les magazines sur un présentoir. La porte d’entrée s’est ouverte …   « J’ai juste senti de la chaleur à l’épaule. J’avais une robe blanche et j’ai compris qu’il se passait quelque chose de grave parce que j’ai vu le sang. Je me souviens de cette femme devant moi avec le couteau plein de sang. Le regard très froid. Elle m’a dit « donne-moi la caisse » et tout est allé très vite ».

Son fils l’entend crier : « j’ai vu ma mère tomber sur la table, puis par terre et puis le sang qui coulait … Ma mère a crié à nouveau. J’ai tourné la tête et j’ai vu cette femme face à moi. Elle m’a donné un coup de couteau, mais je n’ai rien senti. J’ai vu son visage au moment où elle retirait la lame de mon cou (…) Elle a encore essayé de m’atteindre, j’ai commencé à lui mettre des coups de poing et je l’ai poussé dehors violemment. »

Les ennuis financiers sont venus s’ajouter à l’invalidité et au traumatisme : « au début, j’avais une assurance qui a pris le relais. Au bout d’un an, je me suis retrouvée avec une indemnité de 500 euros par mois et un crédit de 750 euros. J’ai dû vendre mon appartement, repartir chez ma sœur. J’envisage de reprendre une activité. Mais j’étais infirmière … je ne peux plus supporter la vue du sang ».

Virée nocturne

• Eure. Dans la nuit du 17 au 18 janvier, au moins deux individus ont tenté d’écumer, avec plus ou moins de réussite, des bar-tabac du territoire du Pays du Neubourg (à une vingtaine de kilomètres de Louviers).

La virée aurait commencé du côté de Marbeuf. Les volets roulants métalliques d’un établissement du centre-ville ont été forcés, mais n’ont pas cédé. Le buraliste réveillé par le bruit a incité les malfaiteurs à prendre la fuite.

Puis, ils ont pris dans la foulée la direction d’Amfreville-la-Campagne où l’équipe a tenté de briser la porte vitrée du magasin. En vain. Ils ont alors repéré un volet en PVC qui a cédé plus facilement. Ils ont ainsi dérobé de nombreuses cartouches de cigarettes, des tickets de la FdJ et le contenu de la caisse.

Écervelé et dangereux 

• Corrèze. Dans l’après-midi du samedi 19 janvier, un jeune de 18 ans avait dérobé une cartouche de cigarettes dans un débit de tabac de Brive pendant qu’un complice, âgé de 15 ans, faisait le guet dans la rue.

Identifié grâce à la vidéo-surveillance, le jeune homme a été interpellé, le 21 janvier. Lors de sa garde à vue, il a reconnu le vol et a aussi avoué être l’auteur d’un vol à l’arraché, un mois avant, d’une femme de 80 ans. Il avait fait chuter lourdement sa victime au sol … Elle est toujours à l’hôpital.

Le jeune homme avait ensuite utilisé quelques minutes plus tard la carte bleue de sa victime pour acheter … une cartouche de cigarettes. Il a été présenté ce mercredi 23 janvier devant le tribunal correctionnel de Brive dans le cadre d’une comparution immédiate. Quant à son complice mineur, il est convoqué au mois de mars devant le juge pour enfants.