Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Oct 2018 | Profession
 

 Toujours une balle dans la cuisse 

• Doubs. Daniel Grugnet, buraliste à Pontarlier, est arrivé avec une canne devant la cour d’assises du Doubs alors que démarrait, ce lundi 22 octobre, le procès du braquage de l’établissement de son épouse, il y a plus de deux ans (voir Lmdt des 18 et 14 août 2016). 

La balle reçue dans la cuisse ce jour-là n’a pas pu être extraite complètement et il n’a toujours pas pu reprendre le travail complètement.

Les images de la vidéosurveillance ont été projetées aux jurés : une scène de violence. Les deux agresseurs cagoulés  qui, très vite tirent sur le buraliste …

« Durant des mois, j’ai assuré la gestion des deux boutiques et j’allais voir chaque jour mon mari à l’hôpital », explique madame. Le couple totalise six braquages et leur maison personnelle a été cambriolée quatre fois.

Dans le box, un suspect de 40 ans a reconnu les faits. À ses côtés un complice, dénoncé par lui, a nié toute participation. Quatre condamnations pour le premier, huit mentions au casier judiciaire pour le second. Un témoin a assuré que d’après des confidences post-braquage, il serait question de stupéfiants, de dettes. À suivre …

Le tribunal ne s’est pas laissé convaincre 

• Dordogne. Le tribunal correctionnel de Périgueux a condamné, ce lundi 22 octobre, deux malfaiteurs qui avaient braqué, le vendredi précédent, le serveur d’un bar-tabac à Boulazac, alors qu’il allait déposer la recette  au guichet d’une banque à Périgueux.

Interpellés peu de temps après par la police, les deux individus  étaient en possession de la quasi-totalité du montant dérobé.

Face au tribunal, les deux malfaiteurs  (23 et 25 ans) ont tenté de minimiser les faits. Le plus âgé, considéré comme l’instigateur, en affirmant que l’arme (jamais retrouvée) n’était qu’un « jouet tirant des billes », et qu’il l’avait utilisée … « pour éviter la violence ». Le second a affirmé, lui, qu’il était monté dans la voiture de son ami, et qu’il n’avait découvert le véritable projet qu’à l’arrivée devant l’agence bancaire.

Des arguments qui n’ont pas convaincu le tribunal, au regard d’antécédents pour tentative d’extorsion avec violence en 2015. Verdict : cinq et deux ans de prison ferme.

« On sait bien que ça peut se produire »

• Haute-Saône. « Cela fait neuf ans que je tiens le bureau de tabac de Servance (à la limite du département des Vosges, ndlr), face à la mairie, il ne m’est jamais rien arrivé. Mais quand on est buraliste on sait bien que ça peut se produire » … Et c’est arrivé, ce vendredi 19 octobre, peu avant 18 heures. 

Un malfaiteur  d’une quarantaine d’années a braqué son arme de poing sur la buraliste en lui  disant : « c’est pas un jeu, file ta caisse ». Ne sachant pas si l’arme était vraie ou fausse, elle a alors donné le fond de caisse  sans discuter. Un menu butin. « Il ne voulait que l’argent, en fait, ça s’est passé très vite ».