Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Août 2018 | Profession
 

« On n’est jamais assez équipés pour prévenir les cambriolages » (Laurent Mazal) 

• Allier. Les cambrioleurs ont creusé un trou pour accéder à la réserve d’un bar-tabac de Commentry, dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 août. 

La buraliste a bien été alertée par une alarme, mais l’établissement était déjà vide de toute présence, à son arrivée, et le stock de cartons ainsi que de cartouches de cigarettes envolé.

« Le butin représente une somme colossale » a réagi Laurent Mazal (président de la fédération Auvergne-Forez des buralistes et administrateur de la Confédération) dans La Montagne (édition du 3 août). « Depuis le début de l’année, les tabacs de l’Allier avaient été relativement épargnés, mais c’est cyclique. Tous les buralistes sont équipés pour prévenir les cambriolages, mais on ne l’est jamais assez. »

« Cela devient un produit rentable pour les mafieux et les peines encourues ne sont pas assez lourdes pour les dissuader », affirme-t-il, souhaitant par ailleurs que la préfecture de l’Allier renforce la Convention Sécurité avec la chambre syndicale des buralistes pour contrer cette délinquance.

Agression au petit matin

• Ardèche. Vers 4h40 ce samedi 4 août, deux malfaiteurs se sont introduits chez un buraliste de Saint-Péray.

Ils l’ont menacé avec une bombe lacrymogène et ont emporté le contenu de la caisse, avant de prendre la fuite.

Quatre ans ferme pour des récidivistes 

• Tarn. Sur la base de renseignements et témoignages – avec à l’appui de précieuses images de vidéo- surveillance – les policiers avaient rapidement interpellés les suspects du double braquage d’un buraliste et d’une supérette, à Albi (voir Lmdt du 1er août).

Les trois jeunes malfaiteurs comparaissaient, ce vendredi 3 août, devant le tribunal correctionnel. Deux restent en prison – avec quatre ans ferme – et leur complice chauffeur a été condamné à 18 mois avec sursis.

L’un – 20 ans, 7 condamnations pour vols, dégradations et usage de stups – a reconnu être le braqueur encagoulé qui a menacé la buraliste et son employée avant de traverser la rue pour s’attaquer à la supérette, dont le gérant a résisté et les a mis en fuite. Après, quand même, avoir été visé par deux coups de feu (à blanc) dans le magasin.

« Je ne lui ai pas tiré dessus, j’ai tiré par terre et une fois en l’air » a expliqué l’agresseur à la barre, affublé d’un pittoresque bermuda à fleurs. « J’avais des problèmes d’argent ». Il a affirmé ensuite que c’était pour rembourser des victimes de ses précédents méfaits.

Mais l’enquête a rapidement montré que la petite bande est partie ensuite à Toulouse chercher un peu de coke, puis de l’alcool en Espagne … après un arrêt dans un établissement, à la frontière, spécialisé dans les relations tarifées. Soit le fruit du butin, volé chez la buraliste, vite dépensé.

L’autre – 21 ans et 10 condamnations – a simplement reconnu être resté dans la voiture, sans convaincre le tribunal.

Le jeune chauffeur – 20 ans et encore vierge de condamnation – avait emprunté la voiture de son père pour l’occasion. Il a avoué, en garde à vue, que les braquages avaient été planifiés ensemble la veille.