Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Juil 2018 | Profession
 

Grâce au mégot et à l’ADN 

• Pas-de-Calais. Deux des auteurs présumés de cambriolages de bars – tabac dans le Calaisis, au début de l’été 2016 (Guemps, Pont d’Ardres, Nordausques), viennent d’être jugés par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer.

Un mégot retrouvé derrière le comptoir, au Pont d’Ardres, après le cambriolage avait permis de remonter jusqu’a deux malfaiteurs, grâce à l’ADN de l’un d’entre eux. Dans le box des accusés, l’un des deux prévenus – l’autre étant absent – est resté impassible à la lecture de son casier judiciaire (quatre mentions sur le casier en un an).

Sur les circonstances et l’implication du prévenu présent à l’audience (incarcéré depuis sept mois), gros trou de mémoire. « Je ne sais plus, ça fait longtemps. J’étais là, reconnaît-il concernant le cambriolage au Pond d’Ardres et la tentative à Nordausques, mais je ne me souviens plus avec qui j’étais. » Il a été condamné à huit mois de prison ferme et son acolyte à un an de prison ferme.

Tags antisémites chez un buraliste 

• Dordogne. Une buraliste du centre-ville de Bergerac a découvert des tags antisémites et racistes en ouvrant, le matin du 5 juillet. Sur la vitrine elle a distingué une croix gammée, une inscription « jude » et des gribouillis menaçants.

De confession israélite, elle se dit très chagrinée « de voir encore ce genre de chose en 2018. Je suis directement visée, ça m’inspire de la pitié. Je n’ai jamais fait de prosélytisme ou revendiqué quoique ce soit. Je n’ai pas à me cacher non plus. Je plains ces gens-là. On se dit que ça s’arrêtera un jour, mais quand ? ». Elle a déposé plainte.

La préfète de la Dordogne a condamné ces actes « inacceptables ». La préfecture a indiqué que des dispositions avaient été prises avec l’appui de la Communauté d’agglomération de Bergerac pour effacer ces tags.