Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Avr 2018 | Profession
 

« Un phénomène incontestablement lié à la hausse du prix » (Gendarmerie) 

• Côte-d’Or. À Genlis, un tabac-presse a été pris pour cible deux fois en huit jours. Ce mardi 17 avril, c’est une voiture-bélier qui a attaqué la devanture et les malfaiteurs ont fait main basse sur le stock de cartouches de cigarettes. 

Dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 avril, c’est par l’accès arrière du commerce que les cambrioleurs étaient entrés par effraction, pour s’emparer là aussi de tabac.

« C’est toujours la même chose. Ils prennent les tiroirs complets avec eux », déplore la buraliste, installée ici depuis 50 ans. « On a un système d’alarme, des fumigènes, une caméra à l’intérieur, mais ça ne suffit plus. Ils n’ont plus peur de rien ! ».

C’est la sixième attaque à la voiture-bélier d’un tabac depuis le début de l’année alors que le département en avait recensé 12 l’an dernier.

« Il y a incontestablement un phénomène qui est lié à la hausse du prix du tabac », explique le général Olivier Kim, commandant de la gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté. « C’est vrai que maintenant les cartouches de cigarettes ont une valeur marchande et qu’elles peuvent ensuite être revendues dans un marché parallèle. »

Lourdes peines pour casses à la voiture-bélier 

• Lot-et-Garonne. Deux Agenais de 22 et 23 ans se sont retrouvés, côte à côte, à la barre du tribunal correctionnel, ce mardi 18 avril, suspectés de casses à la voiture-bélier commis à Layrac et Bon-Encontre la même nuit (voir Lmdt du 8 mars 2017).

Malgré les mois déjà passés derrière les barreaux, ils ont persisté à nier toute implication : « Si on était sur les lieux, c’est pour récupérer des » petits « qui nous avaient appelés, car ils étaient en panne. Mais on ne pouvait pas savoir ce qu’ils venaient de faire. » Sur l’identité des « petits », le duo ne dira rien. Si l’un a avancé ne pas les connaître, l’autre a dit craindre les représailles.

Pour le ministère public, l’affaire est entendue. Notamment au regard du casier judiciaire, chargé de nombreux faits de vols, du plus jeune : lequel a été condamné à trois ans de prison ferme. Son comparse, au passé judiciaire plus léger, a écopé de dix-huit mois ferme.