Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Fév 2018 | Profession
 

Bagarre matinale 

• Loire-Atlantique. Alors que le patron d’un tabac-presse de Nantes sortait ces présentoirs publicitaires, ce samedi 24 février vers 8h30, un homme se présente, à visage découvert, et sort une arme de poing (genre pistolet à gaz). 

Le buraliste lui a, alors, sauté dessus et, lors de la bagarre, l’arme a volé. Le buraliste a été touché au visage, sans avoir besoin d’aller à l’hôpital. Des clients sont alors intervenus, provoquant la fuite de l’agresseur.

Mais, ce dernier est revenu … quelques minutes plus tard sur les lieux de son forfait, où il a été immédiatement reconnu.

L’homme âgé de 20 ans, qui a été arrêté, avait commis un autre braquage – un peu particulier – quelques minutes plus tôt, dans un bureau de tabac de Nantes. Il était entré dans le commerce en même temps qu’un employé. Et s’était fait remettre …un paquet de cigarette et une somme dérisoire.

« Maintenant, j’y suis avec la boule au ventre »

• Meurthe-et-Moselle. L’ADN de l’agresseur du buraliste de Nancy avait été prélevée rapidement sur les lieux de l’échange de coups (voir Lmdt du 21 février). Elle a « matché » sur un individu de 35 ans, avec 23 mentions sur son carnet judiciaire dont seize vols … qui a été interpellé le lendemain. Sans aucune difficulté puisqu’il se trouvait alors en garde à vue pour une histoire d’agression avec arme commise à Maxéville.

Devant le tribunal correctionnel, ce jeudi 22 février, le prévenu a présenté ses excuses : « je ne voulais pas taper. Je ne suis pas violent. J’ai certes deux condamnations pour des violences mais c’était de la défense. En fait, je ne pensais pas que le buraliste se défendrait ».

À la barre, le commerçant a insisté sur cet épisode « très traumatisant » : « en 3 minutes, il a un peu gâché ma vie. Je travaille dans ce tabac depuis 20 ans et, maintenant, j’y suis avec la boule au ventre ».

Jugement : quatre ans ferme et révocation du sursis à hauteur de douze mois.