Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Jan 2018 | Profession
 

Un buraliste se blesse en se défendant contre un forcené 

• Gironde. Le 31 décembre dernier, en milieu d’après-midi, un malfaiteur avait tenté de s’en prendre physiquement à un buraliste de Marcheprime. Armé d’un couteau, il avait essayé de le frapper au niveau de l’abdomen, mais dans un geste d’autodéfense, le buraliste avait esquivé le coup tout en se blessant à la main. L’agresseur avait aussitôt pris la fuite.

Interpellé dès le 1er janvier, l’individu, âgé de 46 ans, était connu des services de la police pour des faits de violence avec armes. Présenté ce mercredi 3 janvier en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, le quadragénaire a été condamné à huit mois de prison ferme et incarcéré à la maison d’arrêt de Gradignan. Le jour de son arrestation, il avait tenté de s’en prendre aux gendarmes qui ont dû faire usage de la force.

Encore à la voiture-bélier 

• Marne. Il était 4 h 45, ce lundi 8 janvier, quand une Renault Scénic a défoncé le rideau métallique d’un bar-tabac de Mesnil-Amelot. Après avoir vidé le fond de caisse et s’être servi dans le stock de cartons et cartouches de cigarettes, les malfaiteurs ( au nombre de 4 ou 6 ? ) ont répandu de la poudre d’extincteur afin de dissimuler toutes les traces. Un témoin les aurait vu repartir en trombe dans un autre véhicule qui les attendait quelques mètres plus loin. Le véhicule-bélier ayant été brûlé sur place.

Dettes de stupéfiants

• Maine-et-Loire. Double affaire de braquage devant le tribunal de Saumur, ce vendredi 5 janvier.

Le 17 octobre dernier, un homme avait fait violemment irruption dans un bar-tabac du Puy-Notre-Dame vers 15 heures. Il n’avait eu pas le temps de réclamer le contenu de la caisse qu’il était déstabilisé par la patronne lui expliquant qu’un commercial allait arriver d’un instant à l’autre. Le braqueur amateur s’était alors enfui sans demander son reste. Même mode opératoire, le 22 décembre vers 19 heures, dans une boulangerie d’Ambillou-Château. Pistolet automatique en main, il s’était saisi du tiroir-caisse qui s’était renversé. Le braqueur s’évaporant dans la nuit avec un billet de … 5 euros.

Rapidement identifié par ses victimes, l’auteur présumé – âgé de 24 ans et résidant chez ses parents à Ambillou-Château – a nié sa participation au premier braquage. S’il était présent à proximité du bar-tabac, c’était pour trouver une solution avec un créancier dans une affaire de stupéfiants. Quant à l’attaque de la boulangerie, c’était  » pour être emprisonné  » et échapper ainsi à la pression. Vœu exaucé : il a été condamné à trois ans de prison, mais dont dix-huit mois avec sursis.

Mineurs délinquants 

• Aisne. Ce mardi 2 janvier vers 23 h 15, un buraliste de Saint-Quentin a surpris quatre malfaiteurs qui venaient de briser un des carreaux de son établissement avec un marteau sans parvenir à y pénétrer.  La police, alertée, les a interpellés alors qu’ils revenaient sur place avec un outil plus approprié. Quatre jeunes entre 16 et 17 ans : l’un d’eux avait encore le marteau en main et le meneur a été identifié comme habitant quelques maisons plus loin.

Le débit de tabac avait déjà été victime d’un cambriolage en 2013, suivi en 2014 d’un braquage. Pour la petite anecdote, dans ce dernier cas, les auteurs étaient repartis en hélant …un taxi. Ils avaient chargé leur sac rempli de cartouches de cigarettes dans le coffre et avaient voulu payer le chauffeur avec une cartouche. Ce dernier s’y était refusé.