Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Sep 2017 | Profession
 

« On se demande jusqu’où ils peuvent aller … »

• Dordogne. Les propriétaires d’un tabac-restaurant de Périgueux allaient se mettre au lit, vers 1 heure du matin ce samedi 23 septembre, quand ils ont entendu du bruit dans leur établissement situé au rez-de-chaussée.

Sur les images de la vidéo-surveillance, ils voient deux jeunes commencer à attraper des paquets de cigarettes. En attendant la police alertée, le couple a gardé le silence pour ne pas faire fuir les cambrioleurs. Les forces de l’ordre, qui les attendaient dehors, les ont donc interpellés à leur sortie. Ils avaient dans leur sac des cigarettes, des jeux à gratter et le fond de caisse du tabac.

L’un des jeunes, âgé de 24 ans, était déjà condamné pour vol avec effraction et a été écroué le jour même. Son complice et ami, un périgourdin également âgé de 23 ans a été libéré. Les deux seront convoqués au tribunal correctionnel de Périgueux, le 15 novembre.

« Quand j’ai vu qu’ils étaient à l’intérieur, c’était angoissant et stressant, on sait qu’ils sont là pour voler mais on se demande jusqu’où ils peuvent aller » devait déclarer la propriétaire.

« Autant de dégâts pour voler des cigarettes, c’est inouï »

• Yonne. Dégâts importants pour le tabac-presse-alimentation de Leugny après un casse à la voiture-bélier dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 septembre : rideau métallique arraché, portes vitrées et mur écroulés, mobilier cassé, équipement informatique hors-service … Évidemment, les malfaiteurs ont fait une razzia avec les cartouches de cigarettes, les cigares, les briquets jusqu’à la caisse enregistreuse qui va être retrouvée … à quelques kilomètres à l’intérieur du véhicule incendié.

Un épais panneau de bois a été posé en lieu et place de la devanture, un vigile va surveiller le site jusqu’aux travaux de remise en état. La buraliste est dépitée : « faire autant de dégâts pour voler des cigarettes, c’est inouï. Et s’attaquer à un petit commerce de proximité, c’est rageant. »