Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Août 2017 | Profession
 

« À qui profite le crime »

• Aube. Il est 2 heures du matin ce jeudi 10 août, quand l’alarme d’un bar-tabac-restaurant de Saint-Germain se déclenche.

Sur les images de vidéo-surveillance, le propriétaire aperçoit les deux individus qui tentent de rentrer par effraction, à coups de pied de biche. Gênés par les fumigènes qui se sont déclenchés, ils font marche arrière et tentent leur chance une seconde fois. En quelques minutes, ils vont embarquer cartouches de cigarettes, cigares et briquets.

Réaction immédiate de Pascal Brie (président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube) : « À l’heure où on veut passer au paquet de cigarettes à 10 euros, je m’interroge : à qui profite le crime ? (…) Combien faut-il de casses, de blessés et de circuits orchestrés par les malfaiteurs pour que ceux qui font les lois réagissent et agissent en conséquence ? Aurait-on un État tentaculaire avec une branche mafieuse (…) Je pèse chacun de mes mots afin de faire entendre notre voix et défendre notre profession. J’espère que nos députés ont toujours leur liberté de penser et qu’ils ne sont pas au garde-à-vous ».

« Cigarettes venant d’Espagne »

• Aude. Identifié par les caméras de vidéo-surveillance, un homme de 39 ans, maçon de profession, était jugé en comparution immédiate, ce jeudi 10 août, pour le vol avec effraction d’un tabac-presse de Narbonne ce dimanche 6 août, vers 6 heures du matin.

Le buraliste a reconnu immédiatement l’intrus sur les images et a pu fournir son adresse. Sept heures après les faits, la perquisition au domicile permet de découvrir 24 cartouches de cigarettes, quatre bonbonnes de cocaïne, trois tournevis et un marteau apparaissant sur la vidéo. Les cartouches ne constituant qu’une partie d’un butin plus conséquent en tabac, jeux à gratter et numéraire.

Le prévenu a minimisé sa participation : « porte déjà ouverte » … « cigarettes venant d’Espagne » a-t-il avancé, en ayant oublié que le paquet neutre et les indications en français n’avaient pas cours là-bas. Connu pour des faits d’escroquerie en 2009 ainsi que pour son addiction à la cocaïne, le prévenu a été condamné à six mois de prison ferme.