Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Mai 2017 | Profession
 

Pourchassé par les clients

• Gironde. Le gérant d’un bar-tabac de Floirac était en train de servir pas moins d’une dizaine de clients, en cette fin de journée du mercredi 17 mai, quand soudain un gros silence s’impose. En se retournant, il se retrouve avec une arme sous son nez. Un homme casqué lui demande l’argent de la caisse et des paquets de cigarettes. Le buraliste obtempère mais lui demande de « se casser » …

Le malfaiteur n’a pas encore franchi le seuil de la porte, qu’un client qui sort des toilettes lui saute dessus et parvient à lui arracher le butin des mains mais reçoit un coup de casque et un jet de gaz lacrymogène.

Le braqueur parvient donc à s’enfuir, mais il est poursuivi par d’autres clients et le patron sur 500 mètres jusqu’à ce que l’arme tombe au sol et que l’on bloque le fugitif après un corps-à-corps. Trois minutes plus tard, une patrouille de la Bac venait interpeller le jeune homme de 20 ans.

« À force de donner des peines ridicules … » 

• Charente-Maritime. C’est un petit sac et un bout de plastique, abandonnés en bord de Charente, qui auront finalement permis de remonter jusqu’au braqueur d’un bureau de tabac de Saint-Jean-D’Angély, le 28 avril dernier. Le buraliste avait cru à une blague quand il avait entendu l’homme cagoulé crier « la caisse ! ». Mais, il s’était retrouvé nez à nez avec le canon d’une arme à point et avait entendu un mouvement de culasse. Il avait, alors, réussi à se réfugier derrière une porte blindée …

Le prévenu (âgé de 25 ans, 11 mentions au casier judiciaire) comparaissait ce mardi 16 mai devant le tribunal correctionnel de Saintes qui l’a condamné à trois ans d’emprisonnement dont deux ferme. Le procureur a souligné : « à force de juger ces affaires au tribunal correctionnel et de donner des peines ridicules, nous mettons dans la tête de ces prévenus que ces choses ne sont pas graves … ».